Affaire Woerth: La Cour de justice de la République enquête à l'hippodrome de Compiègne

© 2011 AFP

— 

Une dizaine de membres de la police scientifique et technique se sont rendus ce mercredi à l'hippodrome de Compiègne, dans l'Oise, dans le cadre de l'enquête de la Cour de justice de la République (CJR) sur sa vente controversée, a constaté un journaliste de l'AFP. Selon des sources proches du dossier, plusieurs magistrats de la CJR ont accompagné les policiers avec des experts (géomètre, spécialiste des questions forestières) dans le cadre de ce «transport de justice» de la CJR.

Ce déplacement s'inscrit dans le cadre de l'enquête pour «prise illégale d'intérêts» visant l'ancien ministre Eric Woerth, accusé d'avoir «bradé» pour 2,5 millions d'euros une parcelle de 57 hectares de la forêt de Compiègne, comportant un golf et un hippodrome, à la Société des courses de Compiègne, lorsqu'il était ministre du Budget. M. Woerth conteste avoir commis la moindre infraction. La Société des courses était auparavant locataire des lieux.

Constatations et auditions

Les magistrats se sont refusé à toute déclaration à l'issue de leurs constatations et auditions pendant trois heures dans l'après-midi, alors que l'hippodrome était fermé. Parallèlement à cette enquête de la CJR, des juges du pôle financier du tribunal de grande instance (TGI) de Paris instruisent le volet non ministériel de l'affaire. L'information judiciaire sur ce volet non ministériel a été ouverte le 20 décembre par le parquet de Compiègne et dépaysée à Paris.

Elle vise les chefs d'abus d'autorité, complicité de prise illégale d'intérêt, trafic d'influence par personne dépositaire de l'autorité publique, trafic d'influence par particulier et favoritisme, ainsi que recel de ces infractions à la suite d'une plainte déposée par sept députés PS.