Pyrénées-Atlantiques: une présidence "historique" promise à un socialiste

© 2011 AFP
— 

Le socialiste Georges Labazée accédera jeudi à la présidence du conseil général des Pyrénées-Atlantiques, après un scrutin cantonal marqué par la victoire "historique" du PS dans ce département dirigé par la droite et le centre-droit depuis sa création en 1969.

"Je suis bien le seul candidat en lice après les réunions de nos instances", a confirmé mercredi à l'AFP le successeur désigné de Jean Castaings, président sortant UMP qui dirigeait le département au bénéfice de l'âge après le scrutin de 2008 où droite et gauche s'étaient retrouvées à égalité.

La satisfaction des élus socialistes et de leurs alliés de gauche est à la mesure de la frustration qu'ils avaient ressentie à cette occasion, privés d'une victoire acquise dans les urnes par la défection de deux conseillères PS qui avaient rejoint le Modem, allié de l'UMP dans le département.

"C'est une victoire historique, durement acquise", s'est félicité Pierre Chéret, premier secrétaire départemental du PS. "C'est le fruit d'un long travail de 13 années, au cours desquelles le nombre des conseillers généraux de gauche est passé de 8 en 1998 à 28 aujourd'hui", a-t-il confié à l'AFP.

Le premier secrétaire souligne le parcours de Georges Labazée, instituteur, fils de "petit agriculteur", conseiller général toujours réélu depuis 1976 puis conseiller régional, également suppléant à l'Assemblée nationales entre 1981 et 1986 de l'ancien député-maire socialiste de Pau André Labarrère.

"Je me suis engagé auprès des socialistes à l'âge de 26 ans", a rappelé le futur patron du département, élu du canton de Thèze où il est né en 1943. Il dirigeait le groupe des élus de gauche du conseil général sortant.

Georges Labazée définit "trois pistes prioritaires" pour réorienter la "gouvernance" du département après l'alternance décidée par les électeurs: "les solidarités, l'éducation et la jeunesse, le développement".

Symboliquement, la première des six "commissions organiques" du nouveau conseil général, qui sera dirigée par le futur premier vice-président, sera celle des "solidarités", consacrée à l'action sociale, a indiqué M. Labazée. La commission des finances occupait la première place dans l'organigramme du conseil sortant.

Le futur président entend veiller à l'équilibre entre représentants du Béarn et du Pays basque pour la répartition des responsabilités dans les nouvelles instances des l'assemblée départementale.

Enfin et pour réorienter la politique départementale dès à présent sur un budget en cours d'exécution, Georges Labazée compte sur certaines "décision modificatives" qui peuvent être prises et sur la possibilité d'un "budget supplémentaire".