Borloo ne croit pas "à l'hypothèse d'une sortie de Fillon" de Matignon

© 2011 AFP

— 

Le président du Parti radical Jean-Louis Borloo a affirmé mardi ne pas "imaginer l'hypothèse d'une tentative de sortie" de François Fillon de Matignon, dans son bras de fer sur la laïcité avec Nicolas Sarkozy et le patron de l'UMP Jean-François Copé.

"Le Premier ministre a ardemment souhaité rester à Matignon, il l'a dit au président de la République, il lui a réaffirmé sa totale loyauté, donc je n'imagine pas qu'on soit dans une hypothèse de tentative de sortie", à un an de la présidentielle, a déclaré M. Borloo sur Europe 1.

"Moi, je ne suis pas là pour mettre de l'huile sur le feu", a-t-il affirmé à propos de Jean-François Copé qui a accusé lundi soir François Fillon de ne pas "jouer collectif" sur le débat sur la laïcité.

Selon l'ancien ministre, ce débat "n'est pas le problème" véritable de la polémique. "Jean-François Copé est un type carré" et "je crois comprendre que depuis plusieurs semaines, il a le sentiment d'avoir à gérer un système compliqué en accord avec le président et le Premier ministre", a-t-il dit.

"J'ai l'impression qu'il est un peu exaspéré par les attitudes de certains, pas forcément le Premier ministre, mais certains de ses amis", a ajouté M. Borloo.

Selon lui, après le revers de la majorité aux cantonales, "la meilleure des réponses, c'est que le gouvernement se ressaisisse, que le Premier ministre prenne en main personnellement la lutte contre le chômage, pour le développement de l'emploi, pour le pouvoir d'achat".

"Une augmentation du gaz de 20% dans l'année", ce n'est "pas acceptable", a-t-il dit. "C'est sur des sujets comme ça, sur lesquels il faut que le chef du gouvernement reprenne la main et amplifie son action".