Hamon: "notre objectif n'est pas de mettre au pas la gauche"

© 2011 AFP
— 

Le porte-parole du PS Benoît Hamon a assuré lundi qu'il n'y avait "pas de tentation hégémonique au PS" et que les différentes formations politiques de gauche devaient faire "l'inventaire de leurs convergences" pour définir un "contrat de rassemblement".

"Notre objectif n'est pas de mettre au pas la gauche, il n'y a pas de tentation hégémonique au PS. Nous disons que pour gagner, il faudra être rassemblés", a déclaré M. Hamon lors du point de presse hebdomadaire.

"Bien sûr qu'il existe des divergences entre Pierre Laurent (PCF), Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), Martine Aubry (PS), Cécile Duflot, Eva Joly (EELV), Jean-Michel Baylet (PRG), Jean-Pierre Chevènement (MRC)", a-t-il dit.

"Faisons l'inventaire de ces divergences quand elles existent mais faisons aussi l'inventaire des convergences et à partir de ces convergences, commençons à construire un contrat de rassemblement qui sera le socle, le programme de travail d'un gouvernement de gauche élu en 2012", a poursuivi M. Hamon.

Les différentes formations de gauche devront discuter sur "des questions essentielles comme les politiques sociales, les politiques énergétiques, économiques, la lutte contre le chômage", a-t-il précisé.

Cela "n'empêche pas les uns les autres de se présenter à l'élection présidentielle, il n'y a pas d'interdit", a-t-il ajouté, affirmant que le PS n'avait "aucune légitimité à prendre quelque oukase que ce soit".

La première secrétaire du PS Martine Aubry s'est posée en rassembleuse de la gauche dans la perspective de 2012.

Mais le co-président du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon, qui critique le PS avec virulence, a dénoncé la semaine dernière son côté "mante religieuse".