Corse: Dominique Domarchi, assassiné lundi, avait été mis en examen

© 2011 AFP

— 

Le maire assassiné lundi dans son village de Saint-André-de-Cotone (Haute-Corse) avait été récemment mis en examen dans le cadre d'une enquête sur des marchés publics présumés frauduleux, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Dominique Domarchi, 63 ans, a été mis en examen la semaine dernière par le juge Charles Duchaine de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille dans une affaire de marchés publics présumés frauduleux au conseil général de Haute-Corse, a-t-on appris de même source confirmant une information de la presse locale.

Marchés présumés frauduleux

Proche conseiller de l'ancien président du conseil général Paul Giacobbi, qu'il avait suivi au conseil exécutif de la Collectivité territoriale de Corse, Dominique Domarchi avait été entendu par le juge en décembre 2010, sous le régime de la garde à vue, à propos de marchés publics présumés frauduleux en Haute-Corse.

Le directeur des interventions sanitaires et sociales au conseil général, Pierre Olmeta, a été mis en examen en novembre pour détournement de fonds publics et favoritisme dans ce dossier. Il est écroué aux Baumettes, à Marseille, depuis quatre mois.

Pas de liens établis pour l’instant

Aucune charge n'avait été retenue en décembre contre Dominique Domarchi et il était ressorti libre. Un autre très proche conseiller de Paul Giacobbi, Dominique Viola, avait aussi été entendu par le juge Duchaine.

Rien ne permet toutefois pour l'heure d'établir de lien entre la mise en examen de Dominique Domarchi et son assassinat. Le procureur de la République de Bastia, Dominique Alzeari, a indiqué que toutes les hypothèses étaient étudiées: affaire privée, crime politique ou crapuleux.

L'autopsie pratiquée lundi sur le corps de la victime a révélé qu'elle avait été tuée à l'arme de chasse de plusieurs décharges tirées à courte distance. Les obsèques de Dominique Domarchi auront lieu jeudi matin à Saint-André-de-Cotone. Paul Giacobbi devait évoquer l'assassinat de son conseiller mercredi après-midi lors des questions orales au gouvernement à l'Assemblée nationale.