"Le seul front républicain, c'est le FN": Marine Le Pen à l'assaut du "global party"

© 2011 AFP

— 

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé lundi que "le seul véritable front républicain, c'est le Front national", renvoyant dos à dos l'UMP et le PS en cas d'absence du FN au second tour des cantonales, et saluant les scores de son parti au premier tour.

Dénonçant comme d'habitude "le système UMPS", Mme Le Pen a aussi innové en stigmatisant un "global party".

"Nous ne pouvons appeler à voter ni pour un candidat UMP, ni pour un candidat PS", a dit Mme Le Pen lors d'une conférence de presse à l'issue d'un bureau politique.

"Il s'agit de deux candidats du global party: l'aile droite du global party, l'UMP et l'aile gauche, le PS", a-t-elle ajouté, dans une variante des attaques contre l'"UMPS".

"Le seul véritable front républicain, c'est le Front national", a déclaré la présidente du FN. "Nous sommes les seuls à porter les valeurs de la République complètement bafouées par les autres".

"Dès le lendemain des cantonales, on va entrer en campagne présidentielle. On en a sous le pied", a-t-elle promis. "Les comptes de campagne sont ouverts".

"Le Front national atteint 19,2% là où il présentait des candidats, dans 1.440 cantons", a-t-elle dit, rappelant que son parti allait se maintenir dans 400 cantons. "Jamais dans son histoire le Front national n'avait atteint un pareil score, toute élection confondue".

"Le FN est devant l'UMP dans le département-bastion du numéro un de l'UMP Jean-François Copé (ndr: la Seine-et-Marne). Je pense qu'il s'agit là pour M. Copé d'un splendide désaveu", a-t-elle lancé.

Elle a ironisé sur "M. Copé qui cherche la quadrature du cercle: comment appeler à voter PS sans appeler à voter PS".

"Si nous n'avions aucun candidat élu, nous serions déçus", a-t-elle reconnu. "Nous n'avons aucun conseiller général. Si nous en avons un, c'est 100% d'augmentation".

"Tant des électeurs de gauche qui n'auraient pas du tout envie de voter pour un candidat socialiste, que des électeurs de l'UMP peuvent tout à fait se retrouver sur un candidat du Front national et créer des surprises dans l'ensemble des 400 cantons", a-t-elle espéré.