François Hollande bien parti pour gagner son pari de garder la Corrèze

© 2011 AFP

— 

François Hollande, président PS du conseil général de la Corrèze, était en bonne position dimanche soir pour conserver la tête du département, une première étape à franchir avant de se lancer dans la course pour les primaires socialistes dès le mois d'avril.

"La victoire, je ne peux pas l'annoncer ce soir, elle s'esquisse, elle est en filigrane, mais elle n'est pas encore acquise", a déclaré à l'hôtel du département, à Tulle, devant une haie de caméras de télévision, M. Hollande, après avoir pris connaissance des résultats dans les 19 cantons renouvelables (10 à gauche et 9 à droite).

A l'issue du premier tour, l'ancien secrétaire national du parti socialiste a estimé d'un ton posé mais déterminé que, si le second tour du scrutin s'annonce serré, "nous pouvons conquérir trois sièges" actuellement détenus par la droite dans les cantons de Larche, Eygurande et La Roche-Canillac où la gauche est en ballottage favorable.

Un canton a cependant été conquis par la droite dès dimanche soir, celui d'Ussel-ouest où la candidate PS sortante, Martine Leclerc, qui a fait 38,77% des voix, a été battue par le candidat de la droite, Christophe Arfeuillère.

"Un scrutin ne se dénoue qu'au deuxième tour", a rappelé M. Hollande, qui depuis plusieurs mois à conditionné sa candidature aux primaires du PS à son maintien à la tête de la Corrèze, dont il est devenu président en 2008, après le basculement de trois cantons de droite à gauche.

"Avant de proclamer une victoire, j'attends qu'elle soit définitive, il ne faut jamais pavoiser, il faut construire un résultat", a martelé le député, devant un public essentiellement composé de journalistes, et dans une ambiance plus studieuse que festive.

Il a reconnu cependant que le premier tour "nous encourage et nous permet de penser que nous serons majoritaires pour la prochaine assemblée départementale".

Au soir du premier tour de scrutin, cinq cantons de cet ancien fief de Jacques Chirac sont restés aux mains de la droite, dont celui de Corrèze, où Bernadette Chirac, 77 ans, a été une fois encore réélue dès le premier tour, avec une seule voix d'avance.

Trois cantons sont par ailleurs restés aux mains des socialistes, ceux de Donzenac, Ayen et Uzerche.

Pour M. Hollande, les résultats du second tour seront en grande partie conditionnés par le taux de participation qui, dimanche, a été plus bas que d'habitude en Corrèze, descendant jusqu'à 35% dans certains cantons.

Pour garder la tête du département, il souhaite faire "en sorte de rassembler le plus largement possible pour gagner le plus de cantons possibles".

En effet, dans les trois cantons en passe de tomber aux mains des socialistes, les candidats devront obtenir les reports de voix qui sont allés aux différents partis de gauche au premier tour.

Interrogé sur sa candidature aux primaires, "ma décision se précisera d'autant plus aisément que mon avenir se dégagera plus facilement", a-t-il déclaré, rappelant qu'"il faut être attentif à ne pas proclamer une candidature avant d'avoir réussi à passer une première étape".

"Pour une conquête, il faut être patient, organisé, obstiné et modeste", a conclu M. Hollande qui, l'étape des cantonales franchie, devrait annoncer très rapidement sa candidature aux primaires.