Résultats cantonales 2011: Une abstention record, un FN à la hausse et l'UMP à la traîne

POLITIQUE Ce sont les enseignements majeurs du scrutin...

Maud Pierron

— 

Les résultats, à 23 heures le 20 mars 2011, du premier des cantonales.
Les résultats, à 23 heures le 20 mars 2011, du premier des cantonales. — IDE

Pour ce premier tour des cantonales, l’abstention reste «le premier parti de France», et de loin, avec un score de 55,63%. Une participation très faible qui relativise le score de chaque parti. Si le PS vire en tête à l’issue du premier tour, avec environ 25% des voix * selon les derniers décomptes du ministère de l’Intérieur, ce n’est pas un triomphe absolu. En 2004, il avait obtenu 26,25% des voix, mais il est vrai qu’il n’avait pas la concurrence d’Europe Ecologie-Les Verts. Le parti écolo, qui souhaitait se positionner comme la deuxième force à gauche, n’a pas réussi son pari. Avec un peu plus de 8,3% des voix, les ex-Verts sont doublés, d'un cheveux, par le Front de gauche, qui obtient autour de 9% des voix. Mais le fait marquant de la soirée, c’est à la fois le tassement de l’UMP, qui tourne autour des 17,13% et la percée du FN, qui talonne le parti majoritaire, à presque 15,26% des voix.

>> Revivez la soirée électorale ici

Aubry appelle les Français à «amplifier leur vote»

«La droite reçoit une double sanction pour sa politique et pour avoir attisé la flamme du Front national», a réagi immédiatement après la diffusion des premiers résultats Harlem Désir. «Le gouvernement ne pourra cacher sa défaite historique dans les départements derrière l'abstention», a ajouté le n°2 du PS. Et pourtant, le discours est déjà rôdé rue de la Boétie, où Jean-François Copé a estimé que vu la très faible participation, il est impossible «de tirer un enseignement national». «Ce n'est pas la catastrophe annoncée», relativise même sur 20minutes.fr Marc-Philippe Daubresse, secrétaire général adjoint de l'UMP.

A droite, certains estiment même que ces résultats sont «une défaite pour la gauche». «Ces élections sont naturellement un échec pour la gauche, qui a voulu faire de ces élections un test pour la présidentielle», a déclaré Roger Karoutchi à l'AFP. «S'il y avait eu, comme le voulait la gauche, un vrai vote sanction, il y aurait eu une participation massive», a-t-il ajouté.

>> La carte des résultats, canton par canton, c'est par là

Le PS ne crie pas victoire, notamment à cause du score du FN, mais est satisfait. «Les Français ont mis la gauche, notamment le Parti socialiste, largement en tête un peu partout», a déclaré sur TF1 Martine Aubry, qui a appelé «tous les Français» à «amplifier leur vote» au second tour pour exprimer leur «exaspération» et leur «volonté de changement».

«Score historique» pour le FN 

Pour le FN, c’est «un score historique», d’après Marine Le Pen, qui a appelé les électeurs à «amplifier la vague bleu marine». Pour elle, il s’agit d’un «vote d'adhésion» et non plus de protestation, confirmant la vague Marine Le Pen dans les sondages. Le FN sera en duel dans 311 cantons, selon un décompte de l’AFP sur 86 départements. Malgré cette menace, l’UMP a refusé d’appeler à un front républicain. «Nous laissons nos électeurs libres de leur choix », a expliqué Jean-François Copé. Appeler à un front républicain, a-t-il dit, cela «nourrit un sentiment de connivences entre des adversaires politiques».

En réponse, il s’est attiré les foudres de la gauche et … des centristes. «En aucun cas, aucune voix, aucun siège ne doit aller au Front national», a expliqué Jean-Marie Cavada, porte-parole du Nouveau centre. «Irresponsable», a tonné François Bayrou. Socialistes, les communistes et les Verts ont appelé dimanche au rassemblement de la gauche pour pour faire échec au Front national. «Nous sommes tout à fait déterminés à faire battre la droite et à faire échec à l'extrême droite le plus nettement qui soit en utilisant le bulletin de vote adéquat pour qu'il n'y ait pas d'élus du Front national», a expliqué Cécile Duflot. Pas un conseiller général FN ne doit être élu, a insisté Martine Aubry.

Mais au-delà du FN, l’abstention devrait mobiliser les états-majors de tous les partis. Pour Pierre Laurent, secrétaire national du PCF cette abstention record marque  «la défiance de millions d'électeurs vis-à-vis de la vie politique». «C'est un très mauvais coup à la démocratie», s’inquiète-t-il. Il reste une semaine aux candidats pour motiver les électeurs du premier parti de France.

*: Les scores sont ceux donnés par Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur. Il a donné Europe Ecologie-Les Verts autour de 8%. Sur la graphique, il est noté 8,6% parce que cela prend en compte le résultat de candidats écologistes non-affiliés à EELV. De même les communistes, sur notre graphique sont crédités de 8%, mais cela ne prend pas en compte l'apport des candidats du Parti de gauche, autour de 1%, le tout constituant le Front de gauche.