Elections cantonales 2011: «La stratégie choisie par l'UMP et l'Elysée profite au Front national»

INTERVIEW Stéphane Rozès, président de la société de conseil Cap, revient pour 20minutes.fr sur les enseignements du premier tour...

Propos recueillis par Corentin Chauvel

— 

J.PACHOUD / AFP

Si les élections locales ne sont en général pas favorables aux formations de la majorité et dotées d’une forte abstention, ces cantonales 2011 offrent des données qui vont dans le sens des derniers sondages liés à des scrutins nationaux. Pour Stéphane Rozès,  président de la société de conseil Cap et enseignant à HEC-Sciences-Po, les résultats du premier tour confirment les effets de la ligne actuelle de l’UMP sur la vague «bleu marine» du Front national (FN).

Que peut-on retenir de ce premier tour?
Si du fait du taux d’abstention, on ne peut pas considérer ces élections cantonales comme des élections nationales grandeur nature, il y a une indication précise: la stratégie choisie par l’UMP et l’Elysée profite au Front national.

S’agit-il justement d’une vraie victoire pour l’extrême droite?
Oui, c’est un bon score, qui est révélateur. La ligne choisie par la majorité présidentielle depuis le discours de Grenoble et les éléments qui la composent (immigration, nationalité, débat sur la laïcité, refus d’un front républicain, etc.) légitiment a posteriori les positions du Front national. Cette stratégie a notamment amené l’électorat centriste à s’abstenir là où il n’avait pas de candidat. Ainsi, c’est déjà maintenant une victoire alors que ce type d’élection n’est pas le meilleur pour eux et il n’est pas exclu qu’ils obtiennent des conseillers généraux car le second tour devrait confirmer le premier.

Que penser alors de la position de l’UMP qui a préféré ce dimanche soir ne pas donner de consigne de vote pour le deuxième tour dans les cas où le FN ferait face à la gauche?
Cela confirme que l’UMP est en difficulté, mais qu’elle n’est pas prête à se sacrifier. Pourtant, elle va devoir réfléchir car cette ligne favorise toujours le Front national et une telle orientation fait malgré tout progresser l’idée qu’une alliance avec l’extrême droite sera, à terme, envisageable.

Comment peut-on analyser le bon score de la gauche?
Du fait de l’abstention, il n’est pas facile de dire si le Parti socialiste peut tabler sur une bonne dynamique ou s’il a bénéficié des faiblesses de l’UMP. Je penche plutôt pour la deuxième option.

Europe Ecologie-Les Verts a-t-il pu, comme lors des élections européennes 2009 avec l’effet «Home», profiter des conséquences du séisme et du tsunami au Japon?
Pour partie, oui. Les Français sont encore sous le choc de l’émotion, donc ce n’était pas gagné, mais je pense que les effets sur les scores écologistes sont plus importants que prévus. Il faudra ainsi s’assurer que les candidats écologistes se retirent bien au second tour au profit des socialistes. Ceux qui auraient réussi à passer le premier tour pourraient être tentés de se maintenir afin de bénéficier de l’électorat de droite.

>> La carte des résultats canton par canton, c'est par là