Steeve Briois (FN): «J’appelle à un vrai front républicain autour du FN»

INTERVIEW Steeve Briois, candidat du FN dans le canton d’Hénin-Beaumont et secrétaire général du parti, a répondu aux questions de 20minutes.fr

Propos recueillis par Maud Pierron

— 

Marine Le Pen, vice-présidente du Front National et colistière de Steeve Briois, candidat à la mairie d'Hénin-Beaumont.
Marine Le Pen, vice-présidente du Front National et colistière de Steeve Briois, candidat à la mairie d'Hénin-Beaumont. — AFP / PHILIPPE HUGUEN

Il est en tête du premier tour des cantonales, avec 36% des voix alors que le FN fait un bon score au niveau national, au dessus de 14%. «On est tous surexcités ce soir», confie-t-il.   

>> Pour suivre la soirée électorale en direct, c'est par ici

Vous faites 14,55% au premier tour des cantonales…
(Il coupe). Ce n’est pas 14,55%. Nous étions présents dans 1.450 cantons sur les 2.000 et dans les cantons où nous n’étions pas, nous avons été crédités de 0%. Sur les cantons où nous présentions des candidats, nous obtenons autour de 18%. C’est un score historique d’autant que ce scrutin ne nous avantage pas,. Il avantage les petits notables, les sortants, qui distribuent les avantages sociaux. On partait avec un boulet au pied et pourtant, on réalise un très bon score.

>> La carte interactive des résultats, c'est par là

A quoi vous attribuez cette percée?
A la présidente du FN, Marine Le Pen. Avec sa personnalité, on n’est plus perçus de la même manière qu’avant. Mais surtout, les propositions que nous faisons correspondent à ce que les Français attendent. Ils ne veulent plus de l’UMPS, ce balancier de la gauche à droite. Ce n’est pas le même masque mais c’est la même politique. Les électeurs veulent être protégés, ils veulent qu’on lutte contre l’insécurité, contre l’immigration. Sarkozy les a leurrés en 2007, il les a trahis, ils s’en souviennent.  Ce soir, pour Sarkozy, c’est le retour de boomerang de 2007. Les électeurs lui en veulent profondément, il est fini.

L’abstention est très forte, vous le regrettez?
Absolument, d’autant plus qu’à chaque fois que l’abstention est forte, c’est le FN qui en pâtit. Et quand on voit les études, Marine le Pen obtient 27% chez les abstentionnistes. Ça veut dire qu’on a encore une réserve de voix.

Jean-François Copé n’appelle pas au Front républicain, il laisse les électeurs «libres». Vous êtes satisfait?
J’appelle à un vrai front républicain autour du FN, pour combattre ceux qui souillent quotidiennement la République, contre l’UMP et le PS. Un exemple: dans mon canton, l’UMP a dit qu’il fallait voter contre le FN: ils veulent donc faire voter pour des gens qui ont soutenu le système mafieux de l’ancien maire socialiste Gérard Dalongeville. L’UMP est à 2% dans mon canton, la prochaine fois, ce sera 1%. A force de se renier et de faire le jeu de la gauche, l’UMP va finir par se vider de ses électeurs et ce sera un bien pour la démocratie.