L'UMP Marc-Philippe Daubresse: «Ce n'est pas la catastrophe annoncée»

INTERVIEW Alors que les élections cantonales ont enregistré un taux d'abstention record et que l'UMP semble mis à mal au vu des premiers résultats, le secrétaire général adjoint du parti majoritaire a répondu aux questions de 20 Minutes...

Propos recueillis par Baptiste Thion

— 

Marc-Philippe Daubresse, le ministre de la Jeunesse et des Solidarités actives, le 26 mai 2010 à Paris.
Marc-Philippe Daubresse, le ministre de la Jeunesse et des Solidarités actives, le 26 mai 2010 à Paris. — AFP PHOTO DAVID FRITZ

L’abstention a été particulièrement prononcée. Constitue-t-elle une sanction à l’égard de la classe politique et plus précisément à l’égard de l’UMP?

Non, nous avons une forte abstention pour deux raisons. La première, c’est que pour les électeurs, il n’y a pas d’enjeux fondamentaux dans ces cantonales. Pour la seconde, il faut rappeler qu'auparavant, les cantonales étaient couplées avec un autre scrutin. Désormais ce n’est plus le cas, on a affaire à un scrutin isolé.

>> Pour suivre la soirée électorale en direct, c'est par ici

Les résultats de l’UMP sont tout de même assez faibles?

Ce n’est pas la catastrophe annoncée. Dans le Nord par exemple,  nous avons repris cinq cantons au Parti socialiste. Nous ne pouvons pas être satisfaits par ces élections, notamment à cause de l’abstention, qui montre la désillusion des Français, et de la poussée du FN. Cependant cette dernière handicape l’UMP mais également le PS. Les frontistes ont pris des voix aux deux partis.

A un an de la présidentielle 2012, le succès du FN, qui a visiblement pris des voix à l’UMP, vous inquiète-t-il?

Nous restons vigilants. Mais il ne faut pas confondre les deux élections. Les cantonales ne sont pas la présidentielle.

>> La carte des résultats canton par canton, c'est par là