Cantonales 2011: La gauche en tête et percée du FN

POLITIQUE Comme attendu la gauche est devant, et le FN réalise une percée...

Maud Pierron

— 

Réultat du premier tour des cantonales à 21h40.
Réultat du premier tour des cantonales à 21h40. — Ide/ 20minutes.fr

Malgré la très forte abstention, les tendances annoncées par les sondages se concrétisent: la gauche sort largement en tête de ce premier tour des élections cantonales, devant l'UMP. Le FN, portée par la vague Marine Le Pen, réalise une percée.

>> Pour suivre la soirée électorale en direct, c'est par ici

D'après les résultats provisoires du ministère de l'Intérieur portant sur 75% des bureaux de vote, le PS est autour de 25,56%, le Front de gauche obtient 9% des voix et Europe Ecologie est autour de 7,53%. L'UMP réalise un score très bas:  à 16,09% et les candidats divers droite - dont certains de l'UMP qui ont refusé de porter la lourde étiquette du parti présidentiel - sont à 10,52%. Le FN, lui, est au dessus des prévisions: entre 14,55% des voix. Un très bon score puisque le parti d'extrême droite n'est présent que dans 75% des cantons renouvelables, ce qui fait donc baisser sa moyenne nationale. Le MoDem de François Bayrou émerge à 1%.

L'absention empêche de «tirer d'enseignement national du scrutin»

Dans de nombreux cantons, notamment dans le Nord-Pas-de-Calais et la Provence-Alpes-Côte-D’azur, le parti d’extrême droite est même devant le parti majoritaire.

>> La carte des résultats canton par canton, c'est par là

Evidemment, à droite, on juge que l'abstention brouille tout message. «Vu l'abstention, on ne pourra pas tirer d'enseignement national du scrutin», a expliqué Jean-François Copé, à son arrivée au siège de l'UMP à Paris. «La droite reçoit une double sanction pour sa politique et pour avoir attisé la flamme du Front national», a jugé immédiatement après 20 heures Harlem Désir, le n°2 du PS. Martine Aubry, sur TF1, a invité tous les Français à «amplifier leur vote au second tour». Elle a assuré que «le PS est en tête un peu partout, c’est la preuve de la volonté de changement et de l'espoir qu'ils placent dans la gauche».

«Renforcer la vague bleue Marine»

Malgré le bon score de la gauche et celui très mauvais de la majorité, certains, à droite, estiment que le scrutin est «un échec pour la gauche», comme Roger Karoutchi. « Ces élections sont naturellement un échec pour la gauche, qui a voulu faire de ces élections un test pour la présidentielle», a-t-il déclaré à l’AFP. «S'il y avait eu, comme le voulait la gauche, un vrai vote sanction, il y aurait eu une participation massive», a-t-il ajouté.

Au FN, on jubile de ces bons scores. «J'ai plus de raisons d'être heureux que le général Pinocchio de ses victoires en Libye», a lancé Jean-Marie Le Pen au siège du parti, à Nanterre. Il parle d'ubne «véritable déroute» de l'UMP. Marine Le Pen, elle, parle d' «une forte poussée» de son parti, doublée d'un «recul assez lourd de l'UMP», et a appelé à «renforcer la vague bleue Marine».

Front républicain ou pas au second tour?

Le second tour s’annonce chaud. De nombreux duels PS/FN sont à attendre, notamment dans le Nord-Pas-de-Calais ou le Sud-Est.  Mais l’UMP, talonné au niveau national par le FN, n’entend pas appelé au Front républicain. Jean-François Copé l’a rappelé dimanche soir: l’UMP n’appellera pas à un front républicain, donc à voter PS contre le FN. Car cela «nourrit un sentiment de connivences entre des adversaires politiques». Mais  «les choses sont claires, il n’y aura pas d’alliances avec l’extrême droite». «Nous laisserons nos électeurs libres de leurs choix», a-t-insisté. Le son de cloche est bien différent à gauche. Martine Aubry a expliqué dimanche soir rue de Solferino que le PS fera tout pour que le FN n’ait aucun conseiller généraux à l’issue du second tour. François Hollande, depuis son fief de Corrèze, a assuré qu’il appelerait à «voter UMP» dans le cas d’un duel FN/UMP.