Libye: Sarkozy fera "un point sur la situation" en Libye, dimanche soir, avec les ministres concernés

© 2011 AFP

— 

Nicolas Sarkozy fera "un point sur la situation en Libye" dimanche en fin de journée avec François Fillon, les ministres des Affaires étrangères, Alain Juppé, de la Défense, Gérard Longuet et le chef d'état-major des armées, Edouard Guillaud, a annoncé l'Elysée à l'AFP.

Il n'y aura "aucune déclaration à l'issue" de la réunion, précise-t-on de même source.

Une coalition internationale, menée par la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, a débuté samedi une opération militaire contre le régime du colonel Kadhafi pour l'empêcher de mener des actions meurtrières contre sa population civile, notamment dans le bastion de l'opposition, à Benghazi.

La France a déclenché la première frappe samedi à 16h45 GMT. Avec plusieurs dizaines d'avions de chasse et des moyens maritimes considérables engagés, elle participe au-dessus de la Libye à l'une des plus importantes actions militaires de son histoire récente.

Le porte-avions français Charles-de-Gaulle a appareillé de Toulon dimanche à 13h00 (12h00 GMT) et devrait rejoindre les côtes libyennes d'ici 36 à 48 heures.

Britanniques et Américains ont également engagé des moyens militaires pour cette opération baptisée "Aube de l'Odyssée" par le Pentagone.

Selon la coalition, l'opération devrait être limitée dans le temps et il ne devrait pas y avoir d'intervention au sol. Selon les Etats-Unis, les frappes aériennes contre la Libye n'ont pas pour but de "chasser Kadhafi du pouvoir" mais de "protéger les civils" libyens.

Un quartier général américain en Allemagne assure "une coordination" entre les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne. "Il n'y pas d'état-major centralisé et à ce stade, chacun utilise ses états-majors propres de façon coordonnée", a indiqué le ministère français de la Défense.

L'intervention militaire contre le régime du colonel Kadhafi a débuté à l'issue d'un "Sommet de soutien pour le peuple libyen", à Paris, ayant réuni l'UE, l'Onu, la Ligue arabe, et les Etats-Unis.

Toutefois le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, présent samedi au sommet, a critiqué dimanche les bombardements de la coalition internationale estimant qu'ils s'écartaient "du but qui est d'imposer une zone d'exclusion aérienne".

Le colonel Kadhafi pour sa part prédit une "longue guerre" victorieuse. L'un de ses fils, Seïf Kadhafi, a affirmé que l'Occident s'était laissé abuser par "un gros malentendu" sur la situation politique de son pays.