Les principales figures des cantonales

© 2011 AFP

— 

Les regards seront tournés, lors des élections cantonales dont le premier tour se tient dimanche, vers plusieurs personnalités, à commencer par Bernadette Chirac, candidate en Corrèze pour un dernier mandat, et le garde des Sceaux Michel Mercier, seul ministre en lice dans cette compétition.

- Bernadette Chirac, qui se présente pour la sixième fois, a annoncé que ce serait la dernière. Dans trois ans, a-t-elle souligné, les conseillers généraux seront supprimés pour être remplacés par les conseillers territoriaux qui siègeront également à la région. "J'ai eu envie de participer à l'écriture de ce dernier chapitre de l'histoire du département de la Corrèze", a-t-elle dit. Mais "tout a tout de même une fin. J'ai beaucoup travaillé, je m'arrêterai, place aux jeunes!"

L'épouse de l'ancien chef de l'Etat, qui a été la première femme à siéger au sein du conseil général de Corrèze, y côtoie l'ex-numéro un socialiste François Hollande, élu président en 2008. M. Hollande a fait du maintien à gauche de son département -- probable -- le signal de sa candidature à la primaire socialiste pour 2012.

- A la tête du département du Rhône depuis 1990, le centriste Michel Mercier, conseiller général depuis 1978, est sûr de garder son canton de Thizy, mais son maintien à la présidence de l'assemblée départementale, où il ne bénéficie que d'une majorité de deux voix, est plus problématique. Son échec à garder le département à droite aurait un grand retentissement. Il est le seul ministre en lice.

- Hervé Morin, président du Nouveau centre et ancien ministre de la Défense, a été conseiller général de l'Eure de 1992 à 2004, avant d'opter pour la région, jusqu'aux régionales de 2010 où il ne s'est pas présenté. Maire d'Epaignes, M. Morin, qui a retrouvé son siège de député en décembre, est pratiquement assuré d'être élu dans le canton de Cormeilles. Il rêve de se présenter à la présidentielle en 2012.

- Peu connu du grand public, Claudy Lebreton, 61 ans, est depuis 2004 président (PS) de l'Assemblée des départements de France (ADF) en tant que président du conseil général des Côtes-d'Armor. Les 101 présidents de conseils généraux de France siègent à l'ADF, interlocuteur du gouvernement.

- Eliminé aux régionales de 2010, le député apparenté communiste Maxime Gremetz tente de trouver un nouveau mandat local dans la Somme. M. Gremetz a l'habitude de défrayer la chronique. Mercredi, il a troublé à l'Assemblée nationale une réunion consacrée à la crise nucléaire au Japon. Le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer (UMP), a annoncé qu'il allait, fait inédit, porter plainte contre lui.

- Plusieurs anciens ministres se présentent: Dominique Bussereau (UMP) en Charente-Maritime, département qu'il préside, Dominique Perben (UMP) dans le Rhône, le président du PRG Jean-Michel Baylet en Tarn-et-Garonne, Jean Glavany (PS) dans les Hautes-Pyrénées et Patrick Devedjian (UMP) dans les Hauts-de-Seine, dont il essaiera de garder la présidence, convoitée par Isabelle Balkany (UMP).

Parmi les autres personnalités figurent le patron des députés NC, François Sauvadet, en Côte-d'Or, le nouveau secrétaire général du FN Steeve Briois dans le Pas-de-Calais et le compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, dans les Pyrénées-Orientales.