Un rapport propose d'écrire "une histoire commune des jeunes de banlieue"

© 2011 AFP

— 

Un rapport parlementaire publié mercredi préconise la rédaction par des historiens d'un ouvrage scolaire sur "l'histoire commune des jeunes de banlieue", "partagée entre Français, Maghrébins et Africains", notamment pour éviter "un enfermement des collèges de banlieue dans les ghettos urbains".

Ce rapport de la sénatrice Fabienne Keller (UMP, Bas-Rhin), transmis à la presse, s'interroge sur l'avenir des générations actuelles de collégiens dans les quartiers sensibles, à travers "trois scenarii" d'évolution des quartiers.

L'un évoque un "glissement des collégiens et collèges situés dans les 495 quartiers actuellement en rénovation urbaine, vers l'enfermement dans des ghettos urbains".

Le deuxième est celui du "statu quo", avec des différences croissantes entre quartiers rénovés et les autres mais où l'"Etat providence permet de maintenir une relative paix sociale".

Le troisième est celui où, grâce à des "services publics denses et adaptés mis en place", "le quartier se fond progressivement dans la ville du fait des opérations de renouvellement urbain et de politiques de peuplement encourageant la mixité sociale".

Mme Keller juge probable qu'aucun de ces scenarii "ne se réalise à l'échelle de la France" tout en précisant qu'ils peuvent se produire "à différents endroits et à des moments quelconques".

Pour éviter le premier scénario, "écrire une histoire commune serait un premier pas dans la construction d'un +vivre ensemble+", estime la sénatrice, qui constate que "les collégiens des quartiers sensibles sont souvent la deuxième ou la troisième génération de familles issues de l'immigration".

"Il serait temps de donner une image plus complète de l'histoire commune qui a été partagée entre Français, Maghrébins et Africains depuis un siècle et demi, voire davantage".

Selon Mme Keller "on peut pour cela s'inspirer du précédent du manuel d'histoire franco-allemand, c'est-à-dire réaliser, en réunissant des historiens français et africains, une histoire croisée qui peut contribuer à l'établissement d'une conscience commune franco-africaine".

Elle précise que "ce projet pourrait être pris en charge par des acteurs privés comme l'a été le manuel franco-allemand", un manuel d'histoire commun aux deux pays dont le premier tome a été publié en 2006 pour les classes de terminales.