Chantal Brunel sur les immigrés: Une proposition «pas si extraordinaire que ça», selon Jean-Marie Le Pen

© 2011 AFP

— 

Jean-Marie Le Pen a jugé ce vendredi que les propos de la députée UMP Chantal Brunel, qui a suggéré «de remettre dans les bateaux» les immigrés «qui viendraient de la Méditerranée», constituaient une «proposition un peu maladroite» mais «pas si extraordinaire que ça».

Invité de France Bleu Hérault, Jean-Marie Le Pen était interrogé sur la place de sa fille Marine Le Pen, la présidente du Front national, dans les sondages pour les prochaines présidentielles. Pour lui, sa progression «constante et importante» dans les sondages est due non seulement à sa «personnalité», son «talent» et ses «qualités», mais aussi à «l'évolution de l'opinion qui prend de plus en plus conscience de la gravité de la situation politique, économique, sociale, fiscale, culturelle ou autre».

«La France est en situation de décadence»

«On voit bien que la France est en situation de décadence, qu'elle est gravement menacée, et c'est souligné par les évènements extérieurs, l'arrivée massive d'immigrés clandestins qui peuvent rentrer chez nous absolument librement, et d'ailleurs avec l'accord du Premier ministre, et de la gauche et de la droite», a dit Jean-Marie Le Pen.

Ce dernier a poursuivi en déclarant que «la proposition un peu maladroite faite par une députée UMP [Chantal Brunel] en disant "il faut les remettre dans leurs bateaux", c'était pas si extraordinaire que ça» alors qu'elle «est accueillie comme quelque chose d'absolument monstrueux».

L’UMP «change d’idée comme de chemise»

Jean-Marie Le Pen a aussi réagi sur le débat sur la laïcité et la convention organisée par l'UMP, dont l'intitulé initial, qui annonçait un débat sur la place des cultes en France, et «singulièrement l'islam», a changé pour porter sur «la laïcité et le pacte républicain».

Pour Jean-Marie Le Pen, les responsables de l'UMP «ne savent plus où ils en sont, ils changent d'idée comme de chemise». «Ils sont divisés. Beaucoup de candidats UMP aux cantonales cachent leur étiquette», a-t-il dit.

«Ils essayent de trouver une solution qui pourrait leur permettre de rebondir, mais Sarkozy ne rebondira pas», a-t-il prédit. Jean-Marie Le Pen participe dans l'Hérault vendredi soir à un «dîner patriotique».