La France veut le contrôle de "tous les circuits financiers libyens"

© 2011 AFP

— 

La France veut un contrôle de "tous les circuits financiers" libyens, et notamment empêcher l'Etat libyen de vendre ses participations dans des sociétés européennes pour financer la répression, a déclaré mardi le ministre français des Affaires européennes Laurent Wauquiez.

Interrogé sur la radio RMC, M. Wauquiez a souhaité que la France appuie une initiative européenne qui "permette vraiment de contrôler tous les circuits d'alimentation financiers qui pourraient nourrir la guerre en Libye".

"Il faut couper le robinet en s'assurant d'abord que l'argent du pétrole ne va pas à Kadhafi et, deuxièmement, faire en sorte qu'il ne puisse pas vendre des avoirs, et notamment des stock-options qui lui permettent ensuite de se payer une armée de mercenaires", a précisé le ministre français.

"La France, sur ce point-là, est favorable à ce que l'Union européenne aille un peu plus loin que ce qui pour l'instant est prévu", a-t-il encore observé.

"Par exemple, l'Etat libyen possède des participations dans tel ou tel groupe européen. L'objectif c'est de s'assurer qu'il ne puisse pas vendre ces participations et récupérer par le biais des stock-options cet argent pour pouvoir ensuite se payer des mercenaires", a-t-il expliqué.

Sur l'idée actuellement discutée d'une zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye, M. Wauquiez a exprimé la réticence des autorités françaises. "Quel signal politique serait envoyé si on met en place cette interdiction de survol?", a-t-il demandé, en soulignant que "ce n'est pas la priorité" de la France.

"Comment ce serait perçu? (...) Est-ce que ça ne peut être caricaturé? Est-ce que ça ne peut pas se retourner contre nous, en disant: l'Occident agresse parce qu'il y a du pétrole en Libye", a-t-il observé, alors que l'interdiction de survol est une des pistes explorées par les Occidentaux pour accélérer la chute de Mouammar Kadhafi.