Suppression de l'ISF: la France n'a "pas les moyens de perdre 4,5 milliards de ressources", selon Fabius

© 2011 AFP

— 

Laurent Fabius (PS) a estimé mardi que la France n'était "pas dans une situation financière qui permet de perdre 4,5 milliards de ressources", en commentant les déclarations du porte-parole du gouvernement François Baroin prévoyant une transformation ou une suppression de l'ISF.

"Nous sommes dans une situation financière qui est calamiteuse" avec "près de 2.000 mds d'euros de dette, un déficit qui, contrairement à ce qui dit le gouvernement, sera au-dessus de 6 % -c'est énorme-, et une croissance faible", a déclaré l'ancien Premier ministre sur France Inter.

"Dans cette situation, il n'y a pas de place pour des libéralités, surtout à destination des personnes qui ont la chance d'être les plus fortunées", a ajouté le député de Seine-Maritime, réagissant aux propos de M. Baroin peu avant sur France 2. Ce dernier a indiqué que le gouvernement retenait deux scénarios pour l'ISF dans le cadre de sa réforme fiscale, allant de sa transformation à sa suppression, et que les deux hypothèses prévoyaient également la fin du bouclier fiscal.

"On peut critiquer tel ou tel aspect de l'ISF" mais "c'est comme dans un foyer privé, si vous êtres criblé de dettes, la première chose que vous faites, c'est quand même pas de diminuer vos ressources, surtout lorsque cette diminution de ressources est au profit des gens les plus fortunés", a répliqué M. Fabius .

"Je crois que nous ne sommes pas dans une situation financière qui permet de perdre 4,5 milliards de ressources", a résumé l'ex-ministre de l'Economie.