Alain Juppé quitte la Défense pour retrouver le Quai d'Orsay

© 2011 AFP

— 

Nouvel homme fort du gouvernement, Alain Juppé quitte la Défense mardi matin pour reprendre en main le ministère des Affaires étrangères, affaibli par les errements de la diplomatie française depuis le début de la vague de contestation dans le monde arabe.

A 10H30, le numéro 2 du gouvernement passera le témoin au nouveau ministre de la Défense, Gérard Longuet, au siège du ministère, Hôtel de Brienne.

Une heure plus tard, la passation de pouvoirs entre Michèle Alliot-Marie, limogée dimanche après seulement trois mois aux Affaires étrangères, et le nouveau chef de la diplomatie française aura lieu au Quai d'Orsay.

Ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes, Alain Juppé retrouve un ministère où il a déjà fait un passage remarqué, de 1993 à 1995, pendant la cohabitation Mitterrand/Balladur, avant de devenir Premier ministre de Jacques Chirac.

Il devra tenter de redonner une crédibilité à la politique extérieure française et faire entendre à nouveau la voix de la France à l'étranger, brouillée par plusieurs semaines de tergiversations et de maladresses face aux révolutions en Tunisie, en Egypte ou en Libye.

Au Quai d'Orsay, Alain Juppé devra également rétablir la confiance des diplomates qui ont exprimé dans des tribunes anonymes leurs inquiétudes sur "l'amateurisme" ou "la peur du changement" de la diplomatie française. Attentif aux besoins du corps diplomatique lors de son premier passage au Quai d'Orsay, il s'est d'ailleurs défendu lundi à Bordeaux de vouloir faire "des promesses inconsidérées" sur le budget des Affaires étrangères.

"Je ne suis pas le Deus ex machina, je suis beaucoup plus modeste que cela, je vais essayer de faire comme je l'ai fait la première fois (...) et être aussi proche que possible de mes diplomates, des gens de qualité", a-t-il déclaré.

A 14 mois de l'élection présidentielle, Alain Juppé entend également garder sa liberté de parole, notamment sur les sujets de société comme le débat sur la place de l'islam, sur lequel il a multiplié les mises en garde.