Débat sur l'islam: Sarkozy veut faire porter la responsabilité de la crise sur «les étrangers» selon Aubry

POLITIQUE La première secrétaire du PS a jugé qu'«on essaie de replier les Français pour leur faire peur»...

© 2011 AFP
— 
POOL NEW / REUTERS

Martine Aubry, première secrétaire du PS, a estimé ce dimanche qu'avec le débat sur la place de l'islam en France, Nicolas Sarkozy voulait faire porter la responsabilité de la crise sur «les étrangers».

«Nous sommes dans un pays qui n'est pas sorti de la crise, qui n'a jamais été aussi inégalitaire, avec un président dont la parole est décrédibilisée parce qu'il a trop raconté d'histoires (...), avec une France qui est rétrécie, abîmée», a-t-elle déclaré sur France 2. «On nous enviait, aujourd'hui on nous montre du doigt», a encore estimé la chef de file socialiste. Selon elle, «au lieu de rebondir» «on se replie, on essaie de replier les Français pour leur faire peur. On leur dit: attention, c'est la faute des autres.»

«Aujourd'hui on remet le couvert avec l'islam»

«C'est la faute des étrangers. C'était le débat sur l'identité nationale, ça a été cette honte sur les Roms de l'été dernier qui nous a fait montrer du doigt partout, et aujourd'hui on remet le couvert avec l'islam», a-t-elle poursuivi. «Je suis dans une ville (Lille, ndlr) où il y a beaucoup de musulmans. Il y a la place en France pour un islam ouvert, tolérant et, j'allais dire laïque, au sens où il respecte les valeurs de la République, notre socle commun», a-t-elle ajouté.

Selon Martine Aubry, «malheureusement, quand l'Allemagne va mal, elle se replie vers "je suis la nation la plus forte et je ne veux pas donner pour les autres". Quand la Grande-Bretagne va mal, elle se replie sur son île. Nous, on dit: c'est la faute des étrangers».