MAM en Tunisie bis: Le père de la ministre dit être «le seul responsable de cette affaire-là»

M.P. avec Reuters
— 
O.ANDERSEN / AFP

Pas de répit pendant les vacances. Les parents de Michèle Alliot-Marie ont acheté les parts d'une société civile immobilière à l'homme d'affaires Aziz Miled pendant leur séjour en Tunisie, révèle Le Canard Enchaîné dans son édition à paraître mercredi.  L’hebdomadaire satirique note que les parents de MAM ont fait «des affaires» avec un proche de l'ex-président Ben Ali  - celui-là même qui a prêté son Jet à la famille Alliot-Marie - «en pleine révolution tunisienne». «Cela concerne ses parents exclusivement», a répondu l'entourage de la ministre des Affaires étrangères.

«Je ne peux concevoir que l'on puisse s'attaquer à la famille des politiques, et dans le cas présent à mes parents», a-t-elle réagi dans un communiqué.  «Quand on a fini de passer ma vie, y compris privée, au peigne fin c'est sur celle de mes parents qu'on enquête!», a-t-elle ajouté, estimant que «la vie privée» de ces derniers «leur appartient».

Rachat de la totalité des parts d'une société civile immobilière appartenant à Aziz Miled

Sur Europe 1, Bernard Marie, le père de Michèle Alliot-Marie, a dit être, avec son épouse, «le seul responsable de cette affaire-là».  Il a expliqué que l'homme d'affaires tunisien Aziz Miled l'avait convaincu par téléphone d'aller passer ses vacances dans l'un de ses hôtels dans le sud du pays.  «Et en même temps, il m'avait dit "voilà, je fais opération (...) vous devriez prendre une option sur un truc comme ça, comme ça prendra de la valeur en 2012 quand ça sera construit, vous pourrez faire une bonne affaire"», a raconté Bernard Marie.

Selon Le Canard enchaîné, les parents de Michèle Alliot-Marie, âgés de 92 et 94 ans, ont profité du séjour de la ministre pour racheter la totalité des parts d'une société civile immobilière appartenant à Aziz Miled et dans laquelle ils possédaient déjà 13%. Compte tenu des procédures en vigueur en Tunisie, cette opération immobilière a été «forcément préparée de longue date», assure l'hebdomadaire. Le montant exact de la transaction inscrite dans le registre municipal de Tabarka et dont il publie des extraits n'est pas connu, car seule la valeur nominale des parts y figure, ajoute-t-il. Celle-ci se monte à 755.000 dinars, soit 325.000 euros, mais la somme réellement payée peut-être supérieure, écrit-il.

Accumulation

Cette nouvelle affaire ne devrait pas arranger les affaires de la ministre des Affaires étrangères. Mise en cause pour ses vacances tunisiennes, trois semaines avant la chute du régime, Michèle Alliot-Marie avait elle-même indiqué avoir voyagé avec ses parents, âgés de 92 et 94 ans, lors de la trêve de fin d'année.  Elle a également reconnu avoir pris place à deux reprises à bord d'un jet privé d'Aziz Miled pour se rendre dans une station balnéaire et faire une excursion avec sa famille.

Elle a cependant affirmé que l'homme d'affaires tunisien n'était pas proche du clan Ben Ali mais «une victime» de l'entourage de l'ancien président, qui aurait capté des parts de certaines de ses sociétés.