Sarkozy face aux Français: «Parole usée» et «serments éculés» pour les éditorialistes

REVUE DE PRESSE Les journaux n'ont pas été convaincus par la prestation du chef de l'Etat...

© 2011 AFP

— 

Nicolas Sarkozy le 10 février 2011 dans l'émission Paroles de Français.
Nicolas Sarkozy le 10 février 2011 dans l'émission Paroles de Français. — AFP

Les éditorialistes de la presse française pointent la criante absence de contradicteurs lors du grand oral de Nicolas Sarkozy face à un échantillon de neuf Français, jeudi soir sur TF1.

>> revivez l'émission en cliquant ici

«Monsieur avait demandé à être servi sur un plateau - quelque chose de simple et convivial - et surtout de ne pas être dérangé. Pas de syndicaliste surtout!», ironise Patrick Apel-Muller, dans L'Humanité. Un constat que partage Yann Marec dans Midi Libre jugeant que «le remake télévisuel de l'an dernier, formaté pour dérouler la politique gouvernementale, manquait singulièrement de contradiction.»

«Un Pinocchio dont le nez s'allongeait»

«Parole usée, électorat déboussolé, image brouillée, opinion désabusée, serments éculés», énumère Rémi Godeau dans l'Est républicain, «dans une mise en scène sur mesure, le crypto-candidat a dévoilé sa stratégie». «Censé être à l'écoute, il a souvent "oublié" les questions du panel faire-valoir», accuse l'éditorialiste.

«Ce n'était pas Sarkozy, c'était un Pinocchio dont le nez s'allongeait à la mesure de cette interminable émission», assène Jean-Marcel Bouguereau dans la République des Pyrénées. «Une émission sur mesure d'où l'on avait soigneusement choisi les Français en évitant, comme lors de la précédente émission, tous les gréviculteurs qui l'avaient pollués.»

«Hier soir, Paroles de Français aura donc permis à Nicolas Sarkozy, au plus bas dans les sondages, de se livrer à une tentative de reconquête de l'opinion via un échantillon choisi aux petits oignons», renchérit Jacques Guyon dans la Charente libre. «Pourquoi s'embarrasser de journalistes susceptibles de vous gâcher un solo de compassion ou une improvisation sur la justice sociale quand on a la chance d'avoir un choeur de "vrais" gens, posant les "vraies" questions et face auxquels on peut faire un vibrant récital de nouvelles promesses?»

Plutôt «Paroles du Président»

Etienne Mougeotte dans Le Figaro exprime un point de vue radicalement opposé, estimant qu'en «répondant aux questions concrètes de neuf Français anonymes plutôt qu'aux admonestations péremptoires de stars des médias, le président a voulu conjuguer les contraintes de la mondialisation avec le volontarisme hexagonal.»

Mais pour Jacques Camus de la République du Centre, dénonçant les «questions-prétexte posées par les Français sélectionnés» et qualifiant Jean-Pierre Pernaut de «Monsieur Loyal», l'émission «s'appelait improprement "Paroles de Français" mais évidemment, il fallait comprendre "Paroles du Président".»