Deux détenus se prétendant les pères de la fille de Dati jugés le 11 mars

JUSTICE Leur procès a été renvoyé à cette date...

© 2011 AFP
— 
POL EMILE/SIPA

Le procès de deux détenus de la centrale de Poissy (Yvelines), qui devaient être jugés ce lundi pour «outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique» pour avoir prétendu dans des courriers être les pères de la fille de Rachida Dati, a été renvoyé au 11 mars. Alfredo Stranieri, 54 ans, et Germain Gaiffe, 43 ans, avaient adressé en septembre 2010 deux courriers à Rachida Dati auxquels ils avaient joint chacun une «déclaration de paternité» et exigeaient un droit de visite de l'enfant.

Le «père de Zohra» et l'«escroc du siècle»

Germain Gaiffe réclamait également à l'ancienne garde des Sceaux de lui transmettre un extrait d'acte de naissance de l'enfant pour ouvrir à son profit un livret A. Rachida Dati avait déposé plainte quelques jours après la réception de ces courriers. Le procès, qui devait se tenir ce lundi au tribunal correctionnel de Versailles, a été renvoyé à la demande de l'avocat de Germain Gaiffe, qui ne pouvait pas être présent.

Dans le box, Germain Gaiffe portait une veste noire avec dans le dos l'inscription «Père de Zohra» en lettres dorées et sur la veste d'Alfredo Stranieri, condamné en 2004 à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans, on pouvait lire «Escroc du siècle». L'ex-ministre de la Justice Rachida Dati a donné naissance le 2 janvier 2009 à sa fille Zohra, son premier enfant. Elle n'a jamais voulu dévoiler l'identité du père.