Alliot-Marie épinglée pour avoir bénéficié des largesses d'un riche Tunisien

POLEMIQUE «Le Canard Enchaîné» assure qu'il s'agit d'un membre du clan Ben Ali, le cabinet de la ministre dément...

© 2011 AFP
— 
J.DEMARTHON / AFP

La chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie, a eu recours fin 2010 en Tunisie au jet privé d'un homme d'affaires tunisien, présenté par l'hebdomadaire Le Canard Enchaîné comme membre «du clan Ben Ali», ce qu'a démenti mardi le cabinet de la ministre.

Dans  son édition à paraître mercredi, l'hebdomadaire révèle que la ministre a  utilisé entre Noël et le Jour de l'An cet avion pour relier Tunis à la  ville de Tabarka, avec son conjoint Patrick Ollier, ministre chargé des  Relations avec le Parlement, et des membres de leur famille.

Deux semaines après le début des manifestations

La  révolte tunisienne avait commencé quelque deux semaines auparavant,  après l'immolation par le feu d'un jeune Tunisien, le 17 décembre à Sidi  Bouzid, dans le centre du pays. Michèle Alliot-Marie est vivement  critiquée en France depuis le 11 janvier pour avoir sous-estimé la  Révolution du jasmin et avoir proposé devant l'Assemblée nationale une  coopération sécuritaire au régime Ben Ali.

L'avion privé ainsi que l'hôtel de destination de Michèle Alliot-Marie appartiennent à Aziz Miled, ami de longue date de la ministre et présenté par Le Canard Enchaîné comme proche de Belhassen Trabelsi, beau-frère de l'ex-président Zine el Abidine Ben Ali.

 Vol privé

«Il  est vrai que Michèle Alliot-Marie, après avoir pris un vol commercial  de Paris à Tunis, a ensuite pris un avion privé pour Tabarka», a indiqué  à l'AFP son cabinet. «C'était à l'invitation de Aziz Miled, un ami  depuis plusieurs années, qui est le propriétaire d'une compagnie  aérienne appelée Nouvelair. Aziz Miled était dans l'avion et les a  emmenés, avec ses parents et son conjoint», a-t-on précisé de même  source.

«Mais Aziz Miled n'est pas un membre du clan Ben Ali», a  souligné le cabinet de la ministre. «Il s'est fait prendre par un membre  de la famille Trabelsi 20% de ses parts dans la compagnie aérienne  ainsi que la présidence de cette société», a-t-on assuré de même source.  La famille Trabelsi est celle de la femme de l'ex-président.

«M.  Miled est d'autant moins un proche de Ben Ali que les nouvelles  autorités tunisiennes, après le départ de ce dernier et de sa famille,  lui ont restitué l'ensemble de ses parts ainsi que la présidence de  Nouvelair», a fait valoir le cabinet de la ministre. «En aucun cas, il  ne s'agissait d'une faveur du clan Ben Ali», a-t-on insisté de même  source.

«Comme des millions de Français, je vais en Tunisie»

Dimanche, dans un entretien au Parisien, Michèle  Alliot-Marie avait reconnu avoir été en vacances fin 2010 en Tunisie.  «Comme des millions de Français, je vais en Tunisie. Voilà tout»,  avait-elle expliqué.

Elle avait ajouté n'avoir pas songé à  démissionner après ses propos controversés sur l'aide policière que la  France aurait pu apporter à la Tunisie, précisant avoir «appris à avoir  le cuir épais» face aux polémiques.

La semaine dernière, Ségolène Royal,  ex-candidate socialiste à la présidentielle de 2007, avait jugé  «odieux» le propos de la ministre devant les députés et estimé qu'avoir  «des liens très personnels avec la Tunisie» rendait «aveugle».

Le Canard Enchaîné  indique aussi avoir cherché en vain à savoir qui avait réglé la facture  de l'hôtel de Tabarka où ont séjourné la ministre et sa famille. «Elle a  été réglée par Mme Alliot-Marie et sa famille», a assuré l'entourage de  la ministre sans plus de précisions.