Royal sur Sarkozy: de la "communication", aucune réponse sur le contrôle des banques

© 2011 AFP

— 

Ségolène Royal, candidate aux primaires socialistes, a déploré lundi au sujet de la conférence de presse de Nicolas Sarkozy n'avoir eu "aucune réponse, aucune stratégie d'action" sur la "question centrale" du "contrôle des banques".

"Nous n'avons aucune réponse, ni aucune stratégie d'action" sur "la question centrale" qui est posée, celle du "contrôle des banques", qui n'a "pas été abordée", a-t-elle déploré avant son Université populaire participative sur la crise de l’euro au Théâtre Dejazet à Paris.

"Aucune banque n'a été sanctionnée pour des comportements déviants", a-t-elle déploré.

Mme Royal a jugé que "les banques continuent le même type de comportement. En face, il faut être extrêmement ferme et faire en sorte que les pays adoptent des réglementations communes".

"Mais le G20 n'est pas une instance de décision. Alors quand Nicolas Sarkozy nous dit +le G20 va déboucher sur des décisions+, il ne dit pas la vérité, parce que le G20 est une instance informelle".

"Plus le temps passe, moins les banques sont contrôlées", a-t-elle encore déploré.

"Ca fait plus de trois ans que Nicolas Sarkozy est en responsabilité. Voilà plusieurs mois qu'il nous répète les mêmes promesses, la taxation des transactions financières. Où en est-on? Ca avait été promis trois fois déjà", a souligné l'ex-candidate à l'Elysée.

"La rémunération des bonus des traders, où en est-on? Aucune décision. La lutte contre les paradis fiscaux. Où en est-on? Aucune décision. Il avait parlé de moraliser le capitalisme financier. Où en est-on? Aucune décision", a affirmé la présidente de Poitou-Charentes.

"S'il y avait des décisions qui mettaient en application ce qu'il a déjà annoncé, ce serait déjà un pas en avant considérable", a-t-elle assuré.

Sur les déséquilibres Nord-Sud, les écarts entre pays pauvres et riches, "ce sont des vrais sujets, mais sur lesquels on ne voit que des annonces de groupes de travail et aucune décision opérationnelle".