«A gauche, la machine à perdre est de retour», selon le strauss-kahnien Jean-Christophe Cambadélis

M.P.

— 

Lieutenant de Dominique Strauss-Kahn, Jean-Christophe Cambadélis lance un cri d’alarme sur son blog, laissant à penser que la panique (le) guette. «A gauche, la machine à perdre est de retour», lance le député de Paris, citant le fait que Jean-Luc Mélenchon «fait de la défaite du PS un choix stratégique», que les écologistes «avec Nicolas Hulot s’éloignent d’un pacte à gauche», que «nous sommes à dix candidats aux primaires socialistes, avec comme conséquence un brouhaha bavard».  «Non seulement les candidatures se multiplient à gauche, bonjour le deuxième tour s’il y en a un!», ajoute-t-il, brocardant également Ségolène Royal, qui sous-entend que «Martine Aubry ou DSK n’ont pas d’appétit» pour la campagne. «Les sondages hors normes préparent des baisses déstabilisatrices, et instillent les affres de la division», assure encore le socialiste pour qui «la cite d’alerte est atteinte» car «la gauche, sûre d’elle» est «enivrée par des sondages irréels».