Baroin "informé" de "mouvements suspects" sur les avoirs de Ben Ali

© 2011 AFP
— 

Le ministre du Budget, François Baroin, a indiqué jeudi sur LCI avoir été "informé" de "mouvements suspects" sur des avoirs en France du clan de l'ex-président tunisien déchu Zine El Abidine Ben Ali, mais a refusé de parler "d'évasion ou de sortie" de fonds.

"Tracfin m'a informé d'une signalisation de mouvements suspects, pas forcément d'évasion ou de sortie", a déclaré M. Baroin, interrogé sur un éventuel blocage des comptes de la famille Ben Ali par la France. "Une banque constate un mouvements au-delà des plafonds", a-t-il laconiquement ajouté, sans livrer plus de détails.

Il appartient, a dit le ministre, à Tracfin, la cellule du ministère des Finances chargée de traquer les mouvements d'argent suspects, de saisir l'autorité judiciaire compétente.

"A ce stade, il n'y a pas encore de procédure engagée par Tracfin mais il y a désormais des procédures judiciaires engagées par des tiers", a-t-il dit.

Après la chute du régime Ben Ali, Tracfin a demandé en début de semaine à l'ensemble des établissements financiers français de lui signaler "sans délai" tout mouvement de fonds suspect, "retraits substantiels en espèces, achat de métaux précieux, envois de fonds vers l’étranger, etc."

A partir de là, Bercy peut ainsi bloquer administrativement pendant 48 heures toute opération présumée douteuse, avant que la justice ne prenne éventuellement le relais.