L'UMP veut faire de «l'exercice des cultes» une des priorités de la campagne présidentielle

POLITIQUE Le FN ironise, le PS dénonce...

Alexandre Sulzer
— 
P.VERDY / AFP

Pour l’UMP, 2012 sera religieux ou ne sera pas. Pour le parti de Nicolas Sarkozy, trois thèmes majeurs seront au coeur de la campagne présidentielle qui s’annonce: la «compétitivité de la France», «la justice sociale» et «l’exercice des cultes religieux dans la République laïque avec un point particulier sur l’exercice du culte musulman». «Nous constatons que les grands sujets de discussion des Français porte sur l’un de ces trois thèmes», assure Jean-François Copé, le secrétaire général du parti qui les présentait mercredi matin.

Un agenda dicté par la montée en puissance du FN dans les sondages? «Ce n’est pas Marine Le pen qui nous impose ce choix, la question de la place de la religion dans l’espace public est omni-présente», répond Jean-François Copé qui en veut pour preuve le débat sur la burqa. Lui a porté la loi bannissant le voile intégral alors que Jean-Marie Le Pen y était opposé. Une prise de position que le patron de l’UMP a rappelée fièrement mercredi. Une façon de se positionner sans complexe sur le thème de la laïcité, nouveau terrain de communication de Marine Le Pen.

Une première réponse apportée au FN

Marc-Philippe Daubresse, vice-président de l’UMP,  en charge d’une mission de réflexion sur la stratégie à conduire face au FN et au PS, assume totalement ce choix, «une première réponse» à apporter contre le FN. «Marine Le Pen, elle est bonne en attaque mais mauvaise en défense», analyse-t-il. D’où ce choix offensif. Concrètement, il faut se demander s’il faut «revisiter la loi 1905», lance l’élu du Nord qui dit être à l’écoute de ce qui se dit «sur les marchés». «L’équilibre de la loi 1905 est parfait mais il faut en vérifier l’applicabilité: comment continue-t-on d’assurer la liberté de culte dans la sphère privée tout en garantissant le devoir de réserve dans l’espace public?» Jean-François Copé, lui, prévient: «aucun débat ne doit être tabou ni interdit, nous entrons dans une phase de très grande ouverture du parti.»

Un FN serein, un PS accusateur

Au FN, le choix stratégique de l’UMP fait sourire. «Nous avons une longueur d’avance, jubile Louis Aliot, vice-président du FN en charge du programme. C’est plaisant que l’UMP vienne sur un thème que nous avons positionné au centre du débat.» Celui qui constate une «marinisation des esprits» observe que l’UMP «ne fait pas cela par hasard». «Cela prouve que la question de l’islam est une grande inquiétude chez les Français mais qu’a fait l’UMP quand elle était au pouvoir?»

«L’UMP et le FN se servent du mot «laïcité» pour conforter un climat islamophobe dans le pays», accuse Axel Urgin, secrétaire national du PS en charge de la laïcité. «A l’évidence, il s’agit d’une course à l’échalote dans laquelle le plus intelligent l’emportera. Et monsieur Copé n’y a pas toutes ses chances.» Pour autant, le PS n’entend pas délaisser non plus la thématique. «Nous aurons l’occasion de repréciser ce qu’est la laïcité pour tous.»

En raison des débordements suscités par ce type d'article, nous sommes contraints de le fermer aux commentaires. Merci de votre compréhension.