Le candidat socialiste pour la présidentielle sera connu en octobre 2011

© 2011 AFP

— 

Le candidat socialiste pour la présidentielle de 2012 sera connu le 16 octobre prochain à l'issue du deuxième tour des primaires, selon le calendrier adopté mardi par la direction du PS, qui a rejeté la demande des partisans de DSK d'allonger le délai de dépôt des candidatures.

"L'ouverture des candidatures aura lieu le 28 juin, la clôture aura lieu le 13 juillet, le premier tour des primaires aura lieu le 9 octobre, le second une semaine plus tard le 16 octobre", a déclaré le porte-parole du PS Benoît Hamon à l'issue du bureau national consacré à la question.

Une convention nationale d'investiture du candidat socialiste élu aura lieu le 5 ou 6 novembre, a-t-il précisé, ajoutant que le bureau national avait voté ce calendrier à l'unanimité moins 10 abstentions, dont celles du député Jean-Christophe Cambadélis et de l'ex-numéro un socialiste François Hollande.

Le premier, strauss-kahnien, était partisan d'un dépôt des candidatures jusqu'en septembre, afin de laisser le plus de temps possible au patron du FMI Dominique Strauss-Kahn, favori des sondages mais astreint à un devoir de réserve, pour se déclarer.

D'autres partisans de DSK ont fait part de leur mécontentement, comme le député de Paris Jean-Marie Le Guen, qui s'est dit "très sceptique sur la date de clôture des candidatures", impliquant selon lui "une campagne interne démesurément allongée, de trois mois" commençant qui plus est "en pleine période estivale".

De son côté, François Hollande, probable candidat aux primaires, s'est aussi abstenu, estimant que la désignation d'un candidat à l'automne était trop tardive. Le député de Corrèze réclamait depuis des semaines un calendrier plus resserré, avec un vote avant l'été.

Si le calendrier retenu n'est pas le meilleur pour DSK, il lui est moins défavorable que celui préconisé par M. Hollande ou Mme Royal.

"Cette feuille de route est celle de tous les socialistes", a toutefois insisté Benoît Hamon, en précisant que le projet du PS serait adopté en convention nationale le 28 mai prochain.

"Le Parti socialiste est en ce début d'année 2011 d'ores et déjà en ordre de bataille et quiconque avait parié que nous ne le serions pas a perdu", a-t-il clamé.

Le bureau national s'est déroulé quelques heures après un conseil politique, qui avait réuni tous les éléphants socialistes, une scène inédite depuis longtemps rue de Solférino.

Trois des candidats déjà déclarés aux primaires, Ségolène Royal, Arnaud Montebourg et Manuel Valls, le probable prétendant François Hollande, ainsi que les responsables Harlem Désir, Laurent Fabius, Vincent Peillon, Jean-Christophe Cambadélis, Henri Emmanuelli, Pierre Moscovici, Bertrand Delanoë, Benoît Hamon, y ont participé.

Ils se retrouveront régulièrement pour animer et réfléchir au projet politique du PS, a indiqué le conseiller spécial de Martine Aubry, François Lamy.

Pendant près de quatre heures mardi matin, les ténors ont abordé les sujets des mois à venir : élections cantonales (mars), présentation du projet socialiste (mai), primaires et rassemblement de la gauche.

"Cette réunion était assez formidable. Chacun s'est exprimé en ayant à l'esprit les Français", s'est réjouie Martine Aubry à l'issue de la rencontre.

Ségolène Royal, a salué un "état d'esprit d'union, fraternel" au sein de la famille socialiste, et s'est réjouie du "calendrier clair et des règles du jeu claires" pour les primaires.

Quant à François Hollande, dont les relations avec la rue de Solférino et Mme Aubry sont notoirement difficiles, il s'est aussi félicité d'un "très bon esprit" ayant présidé à la réunion.