Otages en Afghanistan: la mobilisation est «choquante» selon Bruno Gollnisch

© 2010 AFP

— 

Le vice-président du FN, Bruno Gollnisch, a jugé mercredi «choquante» la mobilisation en faveur des deux Français détenus depuis un an en Afghanistan, se demandant s'il fallait «être journaliste pour disposer d'un tel soutien», par ailleurs «contre-productif» à ses yeux.

«Une manifestation choquante et contre-productive»

«Dans un monde dur, où la sensibilité - pour ne pas dire la sensiblerie - ne l'emporte que chez nous en France, la manifestation de soutien aux journalistes Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier (...), et notamment la projection de leurs effigies sur l'Arc de Triomphe, est à la fois choquante et contre-productive», estime Bruno Gollnisch dans un communiqué.

Selon lui, ces marques de soutien sont choquantes car «il existe d'autres otages français de par le monde». «Faut-il donc être journaliste pour disposer d'un tel soutien?», s'interroge le leader frontiste, candidat à la présidence du mouvement.

Les talibans pas «sensibles à cette manifestation»

Faisant valoir que les talibans, «avec qui la France est en guerre, ont accès aux informations», il juge en outre qu'il «faut beaucoup de naïveté ou d'aveuglement pour croire qu'ils seront en quoi que ce soit sensibles à de telles manifestations». «Elles ne peuvent au contraire que les inciter à faire monter les enchères, et donc à retarder encore la libération des otages», avance Bruno Gollnisch.

Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier ainsi que leurs trois accompagnateurs afghans entament jeudi leur deuxième année de captivité en Afghanistan, et figurent déjà parmi les Français détenus le plus longtemps à l'étranger au cours des dernières décennies. Leurs visages ont été projetés sur l'Arc de Triomphe à Paris mercredi matin, et de très nombreuses manifestations, rassemblements, concerts de soutien et de solidarité étaient organisés en France.