Chantal Jouanno n'est "pas en guerre" contre Rachida Dati pour Paris en 2014

© 2010 AFP

— 

Chantal Jouanno affirme, dans un entretien au Parisien à paraître samedi, que "soutenir François Fillon" pour Paris en 2014 n'est "pas une déclaration de guerre" à Rachida Dati, qui brigue une circonscription en 2012 avec aussi dans le viseur l'élection municipale.

La ministre (UMP) des Sports avait déclaré jeudi à l'AFP qu'elle était "prête à faire un ticket" avec François Fillon pour la reconquête de la mairie de Paris en 2014, alors que plusieurs élus UMP tablent sur une candidature du Premier ministre aux législatives de 2012 à Paris pour qu'il s'implante localement.

Mais pour 2012, l'eurodéputée et maire du VIIe Rachida Dati convoite la 2e circonscription de Paris qui pourrait échoir au Premier ministre. Elle briguerait elle aussi la mairie de Paris en 2014.

"Soutenir François Fillon n'est absolument pas une déclaration de guerre à l'attention de Rachida. Je rappelle que nous sommes toutes les deux dans la même famille politique. Il n'y a pas matière à polémiques", assure Chantal Jouanno, qui est aussi conseillère régionale.

Elle ajoute toutefois être "à 100% avec François Fillon". "Il faut un projet national pour Paris, avec un homme de son envergure qui incarne les valeurs de l'Etat".... Et "si Rachida Dati n'était pas désignée pour les législatives, elle reste néanmoins légitime pour être candidate aux municipales dans le VIIe arrondissement où elle est déjà maire".

Candidate pour les sénatoriales de 2011 à Paris, Chantal Jouanno affirme ensuite, forte de son expérience de secrétaire d'Etat à l'Ecologie qu'elle "vise les électeurs de gauche, principalement installés dans l'Est parisien, en militant notamment pour l'écologie".

La ministre souhaite ainsi briguer trois ans plus tard --comme elle l'a annoncé jeudi à l'AFP-- une mairie "difficile pour la droite" dans le XIVe ou le XIIe arrondissement où sa collègue Christine Lagarde avait échoué aux municipales de 2008.

Mme Jouanno affirme que sa proposition de "ticket" à Fillon est "totalement spontanée. c'est un peu mon cadeau de Noël au Premier ministre".