Nicolas Sarkozy presse les hôpitaux de réduire leurs déficits

POLITIQUE Le chef de l'Etat a visité les nouveaux locaux du centre hospitalier Henri Duffaut d'Avignon...

B.D. avec Reuters
— 
Le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy (C) et sa femme,  Carla Bruni-Sarkozy (D), visitent le service de maternité de l'hôpital Henri Duffaut à Avignon, le 21 décembre 2010.
Le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy (C) et sa femme, Carla Bruni-Sarkozy (D), visitent le service de maternité de l'hôpital Henri Duffaut à Avignon, le 21 décembre 2010. — REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Nicolas Sarkozy a insisté ce mardi sur la nécessité pour les hôpitaux d'améliorer leur situation financière, déclarant que la France courait le risque de perdre son autonomie si elle ne luttait pas contre les déficits. «On va continuer à investir dans l'hôpital mais je ne peux pas rester avec les deux-tiers des hôpitaux en déficit, ce n'est pas sain», a-t-il dit lors d'une visite dans les nouveaux locaux du centre hospitalier Henri Duffaut d'Avignon.

«Oui il faudrait mieux payer les personnels, il faudrait plus de postes dans les hôpitaux mais si en même temps on ne tient pas les équilibres locaux, on n'est plus un pays libre et indépendant», a-t-il indiqué, ajoutant: «La France ne doit pas être un pays, comme ailleurs en Europe, qui doit tendre la main et dépendre des marchés.»

La hausse des dépenses de santé contenue à 2,9% en 2011

Le président de la République s'exprimait devant le personnel de l'établissement après avoir visité plusieurs services, dont celui de cardiologie récemment rénové. «On donnera le plus possible aux hôpitaux (...) mais je le ferai dans le cadre de nos équilibres», a-t-il encore dit en rappelant que la hausse des dépenses de santé devait être contenue à 2,9% en 2011 après +3% en 2010.

Pour cette visite au pas de charge, qui a duré à peine une heure, il était accompagné de son épouse Carla Bruni-Sarkozy, qui s'est rendu dans le service de pédiatrie pendant que Nicolas Sarkozy s'entretenait à huis clos avec des représentants du personnel.