Gollnisch: la polémique ne doit pas inciter à construire plus de mosquées

© 2010 AFP

— 

Bruno Gollnisch, candidat à la présidence du FN, a estimé qu'il ne fallait pas "prendre prétexte" de la polémique suscitée par une comparaison de sa rivale Marine Le Pen entre les prières de musulmans dans les rues et l'"occupation" allemande "pour construire encore plus de mosquées".

Interrogé sur la polémique, il a déclaré sur i-TELE : "Il ne faudrait quand même pas que les propos de Marine Le Pen servent de prétexte pour construire encore plus de mosquées, d'autant plus qu'en réalité ce n'est pas le problème".

"Il s'est construit des centaines de mosquées récemment en France et ceux qui prient dans la rue ont une volonté ostentatoire qui ne résulte pas de l'étroitesse de la mosquée", a-t-il ajouté.

"Il y a trop d'immigration africaine et musulmane en France. C'est ça le problème", a poursuivi le chef de file du Front national en Rhône-Alpes.

"Si vous faites venir les gens, bien sûr ils demanderont à pratiquer leur religion", et "plus progressivement, comme c'est une colonisation de peuplement, ils imposeront leur moeurs, leurs pratiques, leurs coutumes au voisinage. C'est ce qui se passe", a-t-il ajouté.

"Moi, a encore dit M. Gollnisch, je suis pour l'inversion de ce courant. Quand on prend la question par le petit bout de la lorgnette, c'est-à-dire la liberté du culte, eh bien ! on se plante complètement".

En outre, Bruno Gollnisch préconise que l'on demande la "réciprocité sur le plan international. En Arabie Saoudite, par exemple, où il y a des millions de chrétiens, on ne peut pas construire la plus petite chapelle", a expliqué l'élu régional.

"Et puis, efforçons nous d'inverser le courant de cette immigration !", a-t-il insisté. "La plupart des gens qui sont ici maintenant sont venus sans contrat de travail. Je trouve qu'ils sont trop nombreux", a-t-il conclu.