Besson : "ne pas sous-estimer", ni "faire une obsession" de Marine Le Pen

© 2010 AFP

— 

Le ministre de l'Industrie Eric Besson a estimé lundi sur LCI que l'UMP ne devait "pas sous-estimer" mais pas non plus "faire une obsession" de Marine Le Pen.

Interrogé sur la stratégie à adopter par l'UMP face à la montée de la vice-présidente du FN dans les sondages, M. Besson a conseillé de "ne pas la sous-estimer et en même temps ne pas faire d'elle une obsession et le centre du débat politique".

"Lorsqu'elle dit un certain nombre de choses sur la nation etc. Il ne faut pas écouter ses réponses, elles ne sont pas très intéressantes", mais "il faut en même temps écouter les préoccupations du peuple", a ajouté l'ex-ministre de l'Immigration et de l'identité nationale.

A propos du débat sur les lieux de prières pour les musulmans lancé par le FN, il a jugé que "bien sûr il faut construire davantage de mosquées".

"Aujourd'hui, l'islam est la deuxième religion de France, il faut que les musulmans puissent prier dans des conditions décentes, ce qui n'est pas le cas dans beaucoup de communes", a-t-il fait valoir.

Selon lui, "c'est choquant que les musulmans prient dans la rue mais c'est aussi choquant qu'ils ne puissent pas prier à l'intérieur de mosquées".

Quant au débat sur l'identité nationale qu'il a porté dans son précédent ministère, M. Besson "ne croit "pas que la question soit exactement celle de sa réouverture". "Ce n'est pas comme ça que j'ai entendu ce qu'a dit Jean-François Copé", a-t-il ajouté alors que le nouveau secrétaire général de l'UMP a souhaité relancer ce débat.

"Tous ces sujets doivent être abordés de front, plus nécessairement sous la forme d'un débat mais d'un ancrage dans les valeurs", a-t-il expliqué.

"Moi je n'ai jamais, à titre personnel, renié ce débat (...) même s'il y a eu des dérapages que j'ai déplorés ou condamnés. Mais sur, le fond je suis persuadé qu'un peuple qui n'est pas basé sur une ethnie ou sur une religion mais sur des valeurs doit en permanence s'interroger sur ces valeurs et sur son vivre ensemble".