Jean-Luc Mélenchon veut un référendum sur la modification du traité de Lisbonne

© 2010 AFP

— 

L'eurodéputé Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de Gauche, a appelé ce vendredi à un «référendum» sur les modifications au Traité de Lisbonne, dénonçant «un coup de force» par les dirigeants européens «sous prétexte de mécanisme financier d'intervention en cas de crise».

Les Européens ont mis sur les rails jeudi soir un mécanisme d'entraide financière durable pour permettre à la zone euro de mieux résister aux crises, se disant prêts à tout faire pour la défendre mais sans annoncer d'argent supplémentaire dans l'immédiat.

«Coup de force»

Concrètement, les dirigeants sont tombés d'accord pour modifier le traité de Lisbonne afin de permettre la création d'un Fonds de secours permanent en faveur des pays de la zone euro, en cas de crise grave.

«Les dirigeants européens viennent de décider un coup de force sous prétexte de mécanisme financier d'intervention en cas de crise», écrit dans un communiqué Jean-Luc Mélenchon, fervent opposant au Traité de Lisbonne.

«Un nouveau déni de démocratie»

Selon lui, «dorénavant, chaque pays sera surveillé et puni s'il ne se soumet pas aux normes de gestion libérale et à celle du FMI. Une tutelle autoritaire est instaurée sur les peuples».

«Contre ce nouveau déni de démocratie, j'appelle à la tenue d'un référendum sur la ratification par la France de cette modification des Traités», conclut-il, plus de cinq ans après le «non» des Français au référendum sur le traité constitutionnel par près de 55% des voix.