François Bayrou hospitalisé après un malaise à la fin du «Grand journal» de Canal Plus

POLITIQUE Il venait de se quereller avec Yann Barthès...

B.D.

— 

François Bayrou dans l'émission «Le Grand Journal» sur Canal Plus, le 13 décembre 2010.
François Bayrou dans l'émission «Le Grand Journal» sur Canal Plus, le 13 décembre 2010. — Canal Plus

Le président du Mouvement démocrate (MoDem) François Bayrou a été hospitalisé lundi soir au Val-de-Grâce à Paris à la suite d'un malaise «probablement dû à la fatigue», a annoncé mardi à l'AFP la vice-présidente du parti, Marielle de Sarnez.

François Bayrou a été hospitalisé après avoir eu «un malaise à la fin de l'émission Le Grand Journal de Canal Plus où il était invité hier soir», a-t-elle indiqué. Elle a précisé que ce malaise était «probablement dû à la fatigue» et que le président du MoDem subissait depuis «des examens».

Bisbille sur le plateau de Canal Plus

Lundi soir, sur le plateau de Canal Plus, le ton était monté entre François Bayrou et Yann Barthès. Après la diffusion d'une séquence reprenant des extraits d'un discours qu'il a prononcé le week-end dernier lors du congrès du MoDem à Paris, le président du MoDem a reproché au présentateur du Petit journal de lui avoir attribué des phrases qu'il n'aurait pas prononcées (vidéo «Partie 3»).

«Je ris comme tout le monde, c'est drôle», a d'abord commenté l'élu, avant de demander à Yann Barthès: «Est-ce que vous avez l'honnêteté de dire que c'est des phrases que je n'ai pas prononcées ce week-end?» «Ah bien sûr que si. C'est votre discours de ce week-end», a confirmé le journaliste. «Non ce n'est pas vrai. Ces phrases là n'étaient pas dans mon discours de ce week-end. Ce sont des déclarations anciennes (...) Je sais vaguement ce que je dis et je vous le dis avec certitude.»

Et de menacer, après que Yann Barthès et les chroniqueurs de Michel Denisot ont affirmé qu'ils prouveraient leurs dires le lendemain dans l'émission: «Demain, vous allez faire ici des rectifications.» Or, les phrases en question ont bien été prononcées par François Bayrou, si l'on en croit le site Internet du MoDem.