Benoît Hamon: «Brice Hortefeux n’est pas à sa place dans le gouvernement»

© 2010 AFP

— 

Brice Hortefeux «n'est pas à sa place dans le gouvernement». C’est ce qu’a déclaré ce lundi le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon.

«Depuis longtemps, je pense que Brice Hortefeux est un très mauvais ministre de l'Intérieur et qu'il n'a pas sa place dans un gouvernement de la République, au regard notamment de la condamnation qui est la sienne pour propos racistes», a assuré Benoît Hamon lors du point presse hebdomadaire du parti. Il faisait allusion aux propos ambigus du ministre en septembre 2009 au côté d'un jeune militant né de père algérien, au campus de l'UMP à Seignosse, dans les Landes.

Un ministre qui «se comporte de la pire façon qui soit»

«Nous avons là un ministre qui se comporte de la pire façon qui soit, vraiment dans le déni», a-t-il affirmé.

 «Quand il y a la responsabilité des pouvoirs publics et que le gouvernement est engagé sur la pagaille, autant reconnaître qu'il est engagé et trouver des solutions plutôt que chercher des boucs émissaires partout et expliquer qu'il n'y a pas de pagaille», a affirmé Benoît Hamon en allusion à l'épisode neigeux où Brice Hortefeux avait jugé qu'il n'y avait «pas de pagaille».

«Cette manière de ne jamais assumer ses responsabilités est pénible», a-t-il jugé.

«Il se comporte comme un syndicaliste policier»

Evoquant de nouveau la condamnation de policiers à de la prison ferme à Bobigny, Benoît Hamon a réaffirmé que «ce qu'on attend d'un ministre de l'Intérieur, c'est qu'il ne critique pas cette décision de justice mais il ne cesse de se comporter comme le premier des syndicalistes policiers». «Il est dans une stratégie qui a un arrière-fond électoraliste», a-t-il estimé.

«Depuis le début, je pense que Brice Hortefeux n'est pas à sa place dans ce gouvernement», a réaffirmé Benoît Hamon.

Brice Hortefeux, a déclaré dimanche sur I-télé qu'il «confirmait, revendiquait et assumait» ses propos tenus vendredi, quand il avait qualifié de «disproportionnée» la condamnation à Bobigny de sept policiers à des peines de prison ferme.