Désaccord Hortefeux-Mercier sur les policiers condamnés: réactions politiques

© 2010 AFP

— 

Réactions politiques au désaccord entre les ministres de l'Intérieur et de la Justice Brice Hortefeux et Michel Mercier après la condamnation de policiers à de la prison ferme à Bobigny:

- François Baroin, porte-parole du gouvernement, sur France 2 : "J'ai l'impression que chacun est dans son rôle et que de tout temps, à gauche comme à droite dans les gouvernements, il y a toujours eu ces emportements, mais ce ne sont pas des polémiques, c'est déjà oublié". "Brice Hortefeux est dans son rôle quand il défend les policiers qui abattent un travail difficile et considérable. Ensuite le commentaire de la décision de justice appartient à chacun, surtout s'il est responsable politique".

- Robert Badinter, sénateur PS et ex-ministre de la Justice, sur Europe 1 : "Il n'appartient pas à un ministre de critiquer une décision de justice". " Si les policiers commencent à fabriquer des preuves pour faire condamner des innocents qu'est-ce qu'il reste de la loi?"

- Rachida Dati (UMP), ex-ministre de la Justice, sur RTL : "Le problème n'est pas pas de savoir s'il (M. Hortefeux) a eu raison ou s'il a eu tort. Simplement, la décision n'est pas définitive (en raison de l'appel du parquet, ndlr), donc elle n'a pas à être commentée". "Lorsque j'étais garde des Sceaux et que Michèle Alliot-Marie était ministre de l'Intérieur nous n'avions pas ce genre de choses. Je n'ai pas eu à devoir soutenir un peu plus les magistrats ou Michèle Alliot-Marie à soutenir les policiers parce que nous nous parlions beaucoup et on travaillait main dans la main".

- Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, sur Canal + : M. Hortefeux "a complètement tort". Il "renforce la sévérité" en matière pénale "avec des peines planchers et voudrait que les seuls qui soient dispensés de cette nouvelle sévérité que prône le gouvernement ce soient les policiers". "On est dans un truc complètement inversé" et "en plus on jette l'opprobre sur les policiers qui font bien leur travail"

Valérie Pécresse (Enseignement supérieur) sur LCI : "Je crois qu'il faut arrêter le bal des hypocrites" de la part du PS qui a mis en cause "préventivement et avant même qu'elle soit rendue" une décision du Conseil d'Etat concernant le président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon. "Il faut que les socialistes balaient devant leur porte avant de critiquer un membre du gouvernement". "L'Etat a fait appel de la décision du tribunal de Bobigny parce qu'il ne la juge pas bonne".