Marine Le Pen accuse l'UMP de gonfler le nombre de ses adhérents

© 2010 AFP

— 

La candidate à la présidence du Front national, Marine Le Pen, a de nouveau refusé vendredi de révéler le nombre d'adhérents de son parti, tout en affirmant que l'UMP finançait elle-même certaines réadhésions pour gonfler ses propres chiffres.
Interrogée à plusieurs reprises sur RMC-BFM TV sur le nombre d'adhérents du FN, la vice-présidente du parti a répété plusieurs fois qu'elle laissait «au président Jean-Marie Le Pen le soin de vous le dire», «s'il le veut».

Le FN ne communique jamais officiellement ce chiffre, mais des sources au parti font régulièrement état de 15.000 à 20.000 adhérents. Ces mêmes adhérents seront amenés à voter par correspondance pour le prochain président du FN, Marine Le Pen ou Bruno Gollnisch, avant le congrès des 15 et 16 janvier prochains à Tours.

Les «carabistouilles» de l’UMP

«Vous voulez que je fasse comme l'UMP, que je vous raconte des carabistouilles?», a poursuivi Marine Le Pen, affirmant qu'elle préférait «ne pas mentir», contrairement à «l'ensemble des partis politiques».

«Je vous signale au passage que j'ai appris quelque chose de très drôle (...) L'UMP paie les cartes, c'est-à-dire que les gens qui ne reprennent pas leur carte à l'UMP les reçoivent gratuitement», a-t-elle ensuite affirmé. «J'ai au moins trois ou quatre personnes qui m'ont saisie de cette méthode, alors évidemment ils peuvent continuer à avoir des adhérents dans ces conditions-là», a-t-elle ajouté.

«Il y a un effondrement total de l’Etat»

Interrogée sur la révélation de milliers de notes diplomatiques américaines par le site internet WikiLeaks, Marine Le Pen s'est dite «pour la transparence».

«Et moi j'aimerais bien que les fonctionnaires et les hauts fonctionnaires fassent connaître ce qui se passe dans leurs administrations parce qu'il y a des gabegies, parce qu'il y a un effondrement total de l'Etat», a-t-elle lancé. «Je les appelle, ces fonctionnaires et ces hauts fonctionnaires, à me le faire savoir sur marinelepen.com. Qu'ils m'envoient des documents qui les choquent, qui les scandalisent (...) je me ferai le porte-parole de ces dysfonctionnements graves de l'Etat», a-t-elle ajouté.