A Berlin, MAM souligne «la force de l’alliance» franco-allemande

© 2010 AFP

— 

C’est à Berlin que Michèle Alliot-Marie, la nouvelle ministre des Affaires étrangères, a effectué son premier déplacement à l’étranger.

«La première visite bilatérale d'un ministre des Affaires étrangères est toujours un symbole et celui-ci était pour moi l'occasion de souligner l'étroitesse des relations qui existent entre la France et l'Allemagne», a déclaré la ministre lors d'un point de presse avec son homologue allemand, Guido Westerwelle.

«La France et l'Allemagne ont montré l'étroitesse de leur relation et en même temps la force que représente leur alliance notamment au cours de la crise financière et économique de ces deux dernières années», a-t-elle insisté. Guido Westerwelle a également indiqué que le moteur franco-allemand était «le pilier le plus stable» de l'Union européenne.

Rencontre avec Angela Merkel

Les deux responsables ont consacré une partie de leur entretien à la gestion de la crise en Irlande qui a demandé l'aide financière de l'UE.

«Nous sommes aujourd'hui confrontés à une attaque spéculative contre l'Europe et contre l'euro d'une façon générale», a souligné la chef de la diplomatie française. Cette attaque «s'appuie d'abord sur des pays qui peuvent apparaître fragiles aux yeux de ces spéculateurs». Michèle Alliot-Marie a également rencontré durant une trentaine de minutes la chancelière Angela Merkel.

Conseil des ministres commun le 10 décembre

Dans sa première interview depuis son arrivée au Quai d'Orsay, parue dans le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung jeudi, Michèle Alliot-Marie laisse entendre que le récent renforcement de la coopération franco-britannique en matière de défense ne se ferait pas au détriment de celle entre Paris et Berlin.

«L'initiative franco-britannique est avant tout au service du projet de renforcement et de développement de l'Europe de la défense que nous partageons avec nos amis allemands», assure-t-elle. «Toutes les initiatives, qui aident à renforcer nos capacités militaires, à mieux utiliser nos moyens, à mutualiser nos efforts, sont les bienvenues», ajoute-t-elle. «C'est aussi vrai pour la relation franco-allemande, et les rencontres du triangle de Weimar montrent qu'il y a une grande marge de progression dans le domaine de la défense avec la Pologne».

Michèle Alliot-Marie précise enfin que le prochain Conseil des ministres franco-allemand aura lieu le 10 décembre à Fribourg (sud-ouest).