Karachi: Pour Villepin, il n'y a «aucun lien» entre l'arrêt du versement des commissions et l'attentat

ATTENTAT L'ancien secrétaire général de l'Elysée met en avant les changements politiques au Pakistan entre 1995 et 2002 pour justifier sa position...

© 2010 AFP

— 

Dominique de Villepin a affirmé dimanche soir sur TV5Monde qu'"à (sa) connaissance, il n'y avait "aucun lien" entre l'arrêt à partir de 1995 du versement de commissions dans le cadre d'un contrat d'armement avec le Pakistan et l'attentat de Karachi en 2002.
Dominique de Villepin a affirmé dimanche soir sur TV5Monde qu'"à (sa) connaissance, il n'y avait "aucun lien" entre l'arrêt à partir de 1995 du versement de commissions dans le cadre d'un contrat d'armement avec le Pakistan et l'attentat de Karachi en 2002. — Patrice Coppee afp.com

Dominique de Villepin, invité de l'émission «Internationales» sur TV5 Monde, a affirmé qu'«à sa connaissance», il n'y avait «aucun lien» entre l'arrêt à partir de 1995 du versement de commissions dans le cadre d'un contrat d'armement avec le Pakistan, et l'attentat de Karachi 2002.

>> Tous nos articles sur l'affaire de l'attentat de Karachi

«A ma connaissance, il n'y a aucun lien. Nous sommes dans un cas en 1995, nous sommes dans l'autre cas en 2002, ce n'est pas le même gouvernement pakistanais, ce ne sont pas les mêmes circonstances au Pakistan», a déclaré Dominique de Villepin.

«Ce qui a été arrêté dans le contrat pakistanais, ce ne sont pas les commissions qui étaient dues légalement à des intermédiaires pakistanais» et «le président de la République a choisi d'arrêter les commissions dues à des intermédiaires non pakistanais», a précisé Dominique de Villepin à propos de la décision d'arrêter des versements.

L'intermédiaire libanais Ziad Takkieddine apparaît dans l'enquête du juge financier Renaud van Ruymbeke sur d'éventuelles rétrocommissions.