Borloo «a toujours sa place» à la direction de l'UMP, selon Bertrand

© 2010 AFP

— 

L'ex-patron de l'UMP Xavier Bertrand a déclaré dimanche que Jean-Louis Borloo, démissionnaire du gouvernement après l'échec de sa campagne pour le poste de Matignon, avait "toujours sa place" à la vice-présidence de l'UMP et a souhaité qu'il garde ses liens avec le parti.
L'ex-patron de l'UMP Xavier Bertrand a déclaré dimanche que Jean-Louis Borloo, démissionnaire du gouvernement après l'échec de sa campagne pour le poste de Matignon, avait "toujours sa place" à la vice-présidence de l'UMP et a souhaité qu'il garde ses liens avec le parti. — Lionel Bonaventure afp.com

L'ex-patron de l'UMP Xavier Bertrand a déclaré dimanche que Jean-Louis Borloo, démissionnaire du gouvernement après l'échec de sa campagne pour le poste de Matignon, avait "toujours sa place" à la vice-présidence de l'UMP et a souhaité qu'il garde ses liens avec le parti.

Interrogé sur l'avenir politique du patron des radicaux, M. Bertrand, qui avait en janvier 2009 nommé M. Borloo à la vice-présidence de l'UMP déclare au Parisien : "il a toujours sa place dans nos instances de direction".

M. Bertrand souhaite par ailleurs que l'ex-ministre de l'Ecologie, une fois redevenu automatiquement député dans trois semaines, siège au sein du groupe UMP à l'Assemblée nationale comme tous ses collègues radicaux.

"M. Borloo n'est pas homme à se tromper d'adversaire et à affaiblir la majorité", assure le nouveau ministre du Travail et de la santé, alors que nombre de cadres et de militants du Parti radical pressent leur président de quitter les instances dirigeantes de l'UMP.

Au lendemain du remaniement, M. Borloo a été chargé par plusieurs responsables centristes de la majorité d'animer une "coordination" des partis de centre-droit, alliés de l'UMP (Nouveau Centre, Parti radical, Gauche moderne, Alliance centriste).

Le nouveau secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé, qui, dès sa prise de fonction, a tendu la main à M. Borloo en souhaitant travailler avec lui, devrait annoncer dans les prochains jours la composition de la nouvelle équipe dirigeante de l'UMP.

Le Parti radical tiendra un bureau national mercredi à son siège Place de Valois pour tirer les conclusions de "la nouvelle situation politique créée par le remaniement" et examiner la question du maintien de M. Borloo dans la direction de l'UMP.

Pour la première fois dans la Ve République, le nouveau gouvernement Fillon n'a fait aucune place au Parti radical, selon ses dirigeants.