Remaniement: Passations de pouvoir à la chaîne ce lundi

POLITIQUE Le nouveau gouvernement reste sous le feu des critiques...

Corentin Chauvel

— 

J.DEMARTHON / AFP

Ce lundi, lendemain de remaniement, fut placé sous le signe de l’émotion pour la plupart des ministres et secrétaires d’Etat priés de faire leurs cartons et de laisser place à de nouvelles têtes ou presque. Si la plupart ont affirmé quitter leur poste sans regret ou amertume, leur visage indiquait souvent un tout autre sentiment lors des différentes passations de pouvoir qui se sont succédées toute la journée.

Au revoir furtif pour Morin et Borloo

Certains désormais ex-ministres ont tout bonnement refusé de s’exprimer publiquement au moment de leur sortie comme Jean-Louis Borloo (Ecologie) ou Hervé Morin (Défense). D’autres, comme Eric Woerth (Travail), ont tout de même pris la parole. «J’ai payé le prix de la réforme des retraites», a lâché le député-maire de Chantilly, visiblement touché par son départ. Et ce ne sont pas les hommages amicaux rendus par Roselyne Bachelot puis Xavier Bertrand qui ont réussi à le consoler.

Les centristes, eux, rongent leur frein et ne comptent pas retourner dans l’anonymat de l’Assemblée nationale. Malgré la présence d’Henri de Raincourt (Coopération), Michel Mercier (Justice) et Maurice Leroy (Ville) dans la nouvelle équipe gouvernementale, celle-ci aurait un goût de RPR selon les centristes.

Borloo se tiendra à carreau

Ségolène Royal a beau leur avoir tendu la main ce lundi matin, ils conservent leur fidélité à la majorité présidentielle et les projecteurs sont d’ores et déjà tournés vers d’autres horizons, notamment 2012, pour Hervé Morin et Jean-Louis Borloo qui organisait dès ce lundi soir une réunion avec ses proches.

L’ex-ministre de l’Ecologie, parti sans un mot mais avec un grand sourire, a promis, malgré sa rancœur envers François Fillon, de ne «rien faire pour emmerder» le Premier ministre. Ce ne sera sans doute pas le cas des défenseurs de l’écologie et de la famille.

L’écologie et la famille pas à la fête

Les mouvements écologistes, avec Nicolas Hulot et Eva Joly en tête, ont déploré le nouveau ministère «vert» du gouvernement qui a notamment perdu ses attributions concernant la Mer et l’Energie. «L'écologie est redevenue une préoccupation mineure du gouvernement», estime ainsi le réseau Action Climat-France. Pour sa part, Christine Boutin a déploré la disparition du secrétariat d’Etat à la Famille alors que la «fracture sociale est grandissante».

Les jours prochains risquent d’être encore bien chargés pour la majorité présidentielle. Mardi soir, Nicolas Sarkozy s’exprimera en direct à la télévision. Le lendemain, Jean-François Copé sera nommé à la tête de l’UMP à la place de Xavier Bertrand, tandis que François Fillon attendra la semaine prochaine pour prononcer son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale.