Rama Yade: "En aucun cas mon départ n'est une sanction"

© 2010 AFP

— 

Rama Yade, qui a quitté lundi le secrétariat d'Etat aux Sports, a déclaré que son départ du gouvernement ne constituait pas une sanction, peu après la passation de pouvoirs avec Chantal Jouanno.
Rama Yade, qui a quitté lundi le secrétariat d'Etat aux Sports, a déclaré que son départ du gouvernement ne constituait pas une sanction, peu après la passation de pouvoirs avec Chantal Jouanno. — Francois Guillot AFP

Rama Yade, qui a quitté lundi le secrétariat d'Etat aux Sports, a déclaré que son départ du gouvernement ne constituait pas une sanction, peu après la passation de pouvoirs avec Chantal Jouanno.

"Je ne retrouve pas ma liberté de parole, je ne l'avais pas perdue. En aucun cas, mon départ n'est une sanction", a déclaré Rama Yade, devant micros et caméras, quelques minutes après son discours officiel de passation de pouvoirs.

"Dès qu'on rentre dans un ministère, on sait qu'on va le quitter un jour. J'ai déjà plein de projets pour l'avenir", a-t-elle glissé.

Auparavant, Rama Yade avait fait l'apologie de son bilan à la tête du secrétariat d'Etat, qui redevient ministère avec l'arrivée de Mme Jouanno.

"En un peu plus d'un an et demi, j'ai quand même eu le temps de faire pas mal de choses: lutte contre l'homophobie, plan pour le bénévolat, livre vert du supportérisme, obtention de l'Euro 2016 (de football). On a lancé avec succès les dossiers pour (l'organisation de) la Ryder Cup (de golf), ainsi que le plan pour les grands stades et les grandes salles", a-t-elle détaillé.

Son ancienne ministre de tutelle, Roselyne Bachelot, désormais en charge des des Solidarités et de la cohésion sociale, s'est arrêtée sur quelques souvenirs marquants: "Le ministère des Sports c'est quand même quelque chose!, s'est-elle exclamée. J'ai descendu la piste olympique de bobsleigh, fait du judo avec Teddy Riner, du 4 de couple (aviron) et une mêlée de rugby. Alexandre Popov m'a même amenée dans les vestiaires des hommes, c'est devenu ma grande spécialité."

La nouvelle ministre des Sports, Chantal Jouanno, championne de France de karaté (kata), s'est elle félicitée de pouvoir mêler fonction ministérielle et pratique sportive. "J'ai deux passions: l'écologie et le sport, a-t-elle souligné. Se retrouver en charge de quelque chose qui vous structure, c'est formidable. Je vais pouvoir aller m'entraîner en ayant l'impression de travailler".