La majorité a besoin de Borloo qui "a fait un choix respectable"

© 2010 AFP

— 

Le secrétaire d'Etat aux Transports sortant, Dominique Bussereau, a estimé lundi que la majorité présidentielle avait "besoin de Jean-Louis Borloo" et jugé "respectable" la décision de l'ex-ministre de l'Ecologie de quitter le gouvernement .
Le secrétaire d'Etat aux Transports sortant, Dominique Bussereau, a estimé lundi que la majorité présidentielle avait "besoin de Jean-Louis Borloo" et jugé "respectable" la décision de l'ex-ministre de l'Ecologie de quitter le gouvernement . — Miguel Medina AFP/Archives

Le secrétaire d'Etat aux Transports sortant, Dominique Bussereau, a estimé lundi que la majorité présidentielle avait "besoin de Jean-Louis Borloo" et jugé "respectable" la décision de l'ex-ministre de l'Ecologie de quitter le gouvernement .

"Il a fait un choix respectable", a déclaré M. Bussereau en marge de sa passation de pouvoir avec son successeur Thierry Mariani, tout en ajoutant: "on a vraiment besoin dans la majorité présidentielle de Jean-Louis Borloo".

Pressenti jusqu'il y a quelques jours pour devenir Premier ministre, Jean-Louis Borloo avait annoncé dimanche avoir "choisi de ne pas appartenir" au nouveau gouvernement, après la nomination de son rival, François Fillon.

La passation de pouvoir entre Dominique Bussereau et Thierry Mariani, nommé secrétaire d'Etat aux Transports, a eu lieu lundi après-midi à Paris.

M. Bussereau, membre du gouvernement depuis 2002, avait fait part dès cet été de son intention de quitter ses fonctions à l'occasion d'un remaniement du gouvernement pour se consacrer à la Charente-Maritime, dont il est président du conseil général, et redevenir éventuellement député.

Proche de Jean-Pierre Raffarin, Dominique Bussereau, 58 ans, avait été secrétaire d'Etat aux Transports, secrétaire d'Etat au Budget puis ministre de l'Agriculture de Jacques Chirac. Il a retrouvé son premier portefeuille à l'arrivée de Nicolas Sarkozy à la tête de l'Etat, en 2007.

M. Mariani, pour sa part, est un fidèle du président Nicolas Sarkozy, adepte du franc-parler et fervent défenseur des "fondamentaux" de la droite, très présent sur les sujets de l'immigration et de la sécurité.