Remaniement: Le ministère de l'Identité nationale disparaît

POLITIQUE C'était pourtant l'une des promesses de campagne du candidat Sarkozy...

B.D. avec Reuters

— 

F.DURAND / SIPA

Thème récurent de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2007, le ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale a fait les frais du remaniement dimanche. Le portefeuille de l'Immigration est désormais rattaché au ministère de l'Intérieur et l'intitulé «Identité nationale» a purement et simplement disparu.

Nicolas Sarkozy a néanmoins voulu donner des gages à l'aile sécuritaire de l'UMP en faisant entrer au gouvernement un de ses chefs de file, Thierry Mariani, nommé secrétaire d'Etat auprès de la nouvelle ministre de l'Ecologie. Eric Besson, transfuge du Parti socialiste qui occupait le ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale depuis janvier 2009, devient ministre délégué à l'Industrie, de l'Energie et de l'Economie numérique auprès de Christine Lagarde.

Une des promesses de campagne du candidat Sarkozy

La création de son précédent ministère était une des promesses de campagne du candidat Sarkozy, qui disait refuser de laisser ce thème à l'extrême-droite. «Nous devons être fiers d'avoir restauré en France un discours assumé sur l'identité nationale et républicaine», avait écrit le chef de l'Etat à Eric Besson en juin 2009, l'invitant à «poursuivre ce travail, ouvert et sans tabou, de réaffirmation de ce que signifie d'être Français».

A la tête du ministère de l'Immigration, Eric Besson avait lancé à l'automne 2009 un «grand débat sur l'identité nationale», jalonné par des dérapages racistes et vivement critiqué par l'opposition, qui y voyait le procès des immigrés et de l'Islam. Source de multiples polémiques jusque dans les rangs de l'UMP, le débat sur l'identité nationale s'est finalement évaporé sans déboucher sur des mesures concrètes.