Relations franco-chinoises: Villepin dénonce "un marché de dupes"

© 2010 AFP

— 

L'ex-Premier ministre Dominique de Villepin a qualifié dimanche les relations commerciales franco-chinoises de "marché de dupes", estimant que la France devait se battre pour établir "des règles du jeu", placer ses relations avec la Chine "sur un pied d'égalité".
L'ex-Premier ministre Dominique de Villepin a qualifié dimanche les relations commerciales franco-chinoises de "marché de dupes", estimant que la France devait se battre pour établir "des règles du jeu", placer ses relations avec la Chine "sur un pied d'égalité". — Patrick Kovarik AFP/Archives

L'ex-Premier ministre Dominique de Villepin a qualifié dimanche les relations commerciales franco-chinoises de "marché de dupes", estimant que la France devait se battre pour établir "des règles du jeu", placer ses relations avec la Chine "sur un pied d'égalité".

"Si on souhaite jouer dans la cour des petits, ce n'est pas l'idée que je me fais de la France. La France est aujourd'hui en voie de vassalisation. Elle s'aligne sur des partenaires qui mènent la danse quand nous sommes là à frétiller mais malheureusement pas à compter", a expliqué l'ex-Premier ministre au Grand Rendez-vous Europe 1/Le Parisien.

"Il y a eu trois étapes des relations avec la Chine au cours des dernières années", a résumé le président de République solidaire.

"Première étape, une critique en règle qui a manifestement déplu aux Chinois. La deuxième étape, c'est le voyage en Chine. Là, on essaye de tout effacer, on fait des courbettes devant le président chinois. Troisième étape, c'est celle qui consiste aujourd'hui à prendre les contrats passés à Paris et à effacer tout le reste".

"Moi, je reste convaincu que la France est un grand pays. Elle a un premier devoir, c'est de placer ses relations avec la Chine sur un pied d'égalité. Cela veut dire bien sûr signer des contrats mais aussi établir une règle de jeu", a fait valoir M. de Villepin.

"Nous pensions que la Chine allait rester le simple atelier du monde et nous constatons qu'elle est aujourd'hui aussi capable, voire plus capable que nous en matière de haute technologie. Le résultat est que la Chine, certes nous achète des produits (15 milliards de contrats) mais en même temps, elle obtient des transferts de technologies qui va la conduire à nous vendre à nous ce que nous produisons aujourd'hui", a-t-il constaté.

"Il faut donc établir une règle du jeu où l'égalité prévaut, où la transparence et l'accès pour les Francais au marché chinois est possible", a-t-il insisté. "Aujourd'hui, c'est un marché de dupes. Le déficit commercial de la France vis-à-vis de la Chine est de 22 milliards. Il a été multiplié par quatre en neuf ans. C'est dire à quel point nous prenons du retard", a-t-il regretté.