Borloo rame avec les députés UMP, Sarkozy fait des castings à l'Elysée

JOURNAL DU REMANIEMENT Toutes les infos, toutes les rumeurs sur le grand mercato du gouvernement...

M.P.

— 

En 2007, Borloo se voyait à Matignon, mais c'est finalement Fillon qui avait été choisi.
En 2007, Borloo se voyait à Matignon, mais c'est finalement Fillon qui avait été choisi. — MEIGNEUX / SIPA

Le grand jeu des chaises musicales doit avoir lieu cet automne au gouvernement. Entre déclarations sibyllines et actes de candidature plus ou moins déguisés, les rumeurs vont bon train. Quelles surprises nous réserve le remaniement? Qui sera le maillon faible? Les dernières infos, c’est tous les jours sur 20minutes.fr dans le journal du remaniement.

>> Toutes les informations du mardi 2 novembre sont par ici

Mercredi 3 novembre

Borloo rame avec les députés UMP
Inspecteur Colombo ou «Bordeloo», pour son côté brouillon: ce sont les surnoms donnés à Jean-Louis Borloo par certains députés de la majorité, peu sensibles au charme du ministre de l’Ecologie, donné favori pour Matignon, rapporte Le Parisien. «On veut que François Fillon reste à Matignon», lancent Marc Laffineur, Georges Monthron et Jacques Remiller, trois députés UMP. «Dans le groupe, tout le monde est attaché à l’actuel Premier ministre», insiste le premier cité. C’est que Jean-Louis Borloo n’appartient pas vraiment à la grande famille de l’UMP, même s’il en est vice-président, il n’a jamais mis les pieds à une des réunions du parti. Il reste attaché aux valeurs centristes, tout président du Parti radical valoisien qu’il est. D’ailleurs, remarque Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l’Assemblée, «quand Borloo parle dans l’hémicycle, il est ostensiblement peu applaudi par les députés UMP».    

Baroin a pris du poids… politique
S’il semble désormais écarté de la course à Matignon, Le Figaro rapporte que le chiraquien François Baroin est désormais couvé par Nicolas Sarkozy, qui lui a donné comme conseil «déploie-toi» et se déplace jeudi sur les terres du ministre du Budget, à Troyes. Surtout, les proches de François Baroin assurent qu’il est désormais «incontournable» et qu’il pourrait obtenir un maroquin plus important dans le prochain remaniement, à savoir Bercy. 

Les castings du Président
L’Express l’assure, «le Président reçoit à tout va» pour sonder les avis des uns et des autres sur le remaniement. Le président du Nouveau centre, Jean-Christophe Lagarde, lui a évidemment conseillé Jean-Louis Borloo, au contraire de Françoise de Panafieu qui elle, a insisté sur le peu de soutien qu’il aurait de la part des parlementaires. L’ex-candidate UMP à la mairie de Paris pencherait pour l’option Jean-François Copé à Matignon. D’autres élus sont attendus à l’Elysée dans les jours à venir.

Mariani en a marre d’attendre
Les «députés aimeraient qu’une bonne fois pour toute, on ait un Premier ministre. Le même ou un autre, peu importe», râle le député UMP du Vaucluse, rapporte Le Figaro. Parce que, d’après lui, «ce qui fatigue les députés, c’est cette attente interminable qui rappelle les grandes heures de la IVe République». C’est dit.   

Xavier Bertrand se fait à l’idée d’avoir Copé pour successeur
Ennemi n°1 de Jean-François Copé, Xavier Bertrand, le secrétaire général de l’UMP, a jugé «possible» que le patron des députés UMP prenne sa place à la tête du parti majoritaire. Le principe de réalité a rattrapé l’ancien ministre du Travail qui pourrait revenir au gouvernement lors du prochain remaniement.