Les Toulousains consultés sur le vote des étrangers aux élections locales

© 2010 AFP

— 

Les Toulousains sont invités à partir de ce mercredi à dire s'ils sont pour ou contre le droit de vote et d'éligibilité, lors d'élections locales, des étrangers issus de pays non membres de l'Union européenne.
Les Toulousains sont invités à partir de ce mercredi à dire s'ils sont pour ou contre le droit de vote et d'éligibilité, lors d'élections locales, des étrangers issus de pays non membres de l'Union européenne. — Jacques Demarthon AFP/Archives

Les Toulousains sont invités à partir de ce mercredi à dire s'ils sont pour ou contre le droit de vote et d'éligibilité, lors d'élections locales, des étrangers issus de pays non membres de l'Union européenne.

Cette "votation citoyenne", qui se déroule jusqu'à samedi compris est organisée par le Conseil toulousain des résidents étrangers (CoTRE), un organisme consultatif mis en place il y a deux ans par la municipalité socialiste et par la Ligue des droits de l'homme, a déclaré à l'AFP un des responsables locaux de la LDH, Jean-François Mignard.

La LDH organise chaque année une campagne nationale en faveur du vote des étrangers, cette année autour du 5 décembre. "A Toulouse, nous avons décidé de faire coïncider l'initiative avec la +Semaine internationale des peuples+", a précisé M. Mignard.

La "votation", mise en place en marge des débats et spectacles de cette "semaine internationale" organisée par la ville depuis mardi, concerne tous les Toulousains, étrangers ou non, de plus de 18 ans. Il sont appelés à répondre oui ou non à la question de savoir si les étrangers doivent disposer du droit de vote et d'éligibilité aux élections locales. Pour l'instant, seuls les étrangers ressortissants de l'UE peuvent participer à de telles élections.

La municipalité de Toulouse, ville de près de 440.000 habitants, n'est pas organisatrice de la consultation, mais met à la disposition du CoTRE une quinzaine de locaux. Samedi, les électeurs pourront voter dans la cour Henri IV du Capitole. La votation n'aura pas de valeur légale, ni de conséquence concrète, mais constituera une indication sur les sentiments des Toulousains à ce sujet.

D'après la LDH, la majorité des pays de l'UE, 17 pays sur 27, ont instauré ce droit totalement ou partiellement.

En mars, les députés de la majorité avaient repoussé une proposition de loi socialiste visant à donner le droit de vote et d'éligibilité aux étrangers non communautaires aux élections municipales.