Woerth se voit «pas mal placé» pour rester, Lagarde au Quai d’Orsay?

JOURNAL DU REMANIEMENT Toutes les infos, toutes les rumeurs sur le grand mercato du gouvernement...

M.P.

— 

E.FEFERBERG / AFP

Le grand jeu des chaises musicales doit avoir lieu cet automne au gouvernement. Entre déclarations sibyllines et actes de candidature plus ou moins déguisés, les rumeurs vont bon train. Quelles surprises nous réserve le remaniement? Qui sera le maillon faible? Les dernières infos, c’est tous les jours sur 20minutes.fr dans le journal du remaniement.

>> Toutes les informations du vendredi 22 octobre

Mercredi 27 octobre

Eric Woerth se voit «pas mal placé» pour rester ministre du Travail
Réussir à faire voter sa réforme, apparemment, ça revigore un homme. Eric Woerth, secoué par l’affaire Bettencourt et la contestation autour de la réforme des retraites, a fait preuve d’une belle assurance ce mercredi matin sur Canal+. Il a estimé être «pas mal placé» pour rester ministre du Travail dans le prochain gouvernement. «J'ai des relations de confiance avec les organisations syndicales, même après une réforme de cette nature», s’est-il justifié. «Personne ne s'est trompé, personne ne s'est humilié, personne ne s'est trahi. Ça a été des relations dures. Une réforme comme celle-ci, c'est difficile», a-t-il ajouté. Tout en rappelant, comme ses collègues, qu’en matière de remaniement, «c'est au chef de l'Etat de décider».

Baroin à Bercy, Lagarde au Quai d’Orsay, Le Maire à la Ruralité
Ce sont les pronostics avancés par Le Point dans son édition de mercredi. L’hebdomadaire explique que le ministre du Budget, François Baroin, grimperait d’un échelon, à l’Economie, mais le périmètre de ce ministère serait réduit: l’Emploi reviendrait au ministère du Travail et le Commerce extérieur au Quai d’Orsay. Un tour de passe-passe, explique l’hebdomadaire, qui permettra à Christine Lagarde d’accepter le maroquin des Affaires étrangères puisqu’elle s’occupera ainsi du dossier du G20. Autre chouchou de Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire, actuellement ministre de l’Agriculture qui hériterait d’un ministère de la Ruralité, regroupant l’Agriculture et l’Aménagement du territoire. Xavier Bertrand, à la tête de l’UMP, reviendrait au gouvernement, ce qui laisserait place nette à Jean-François Copé pour diriger le parti majoritaire. Enfin, toujours d’après l’hebdomadaire, Jean-Louis Borloo tient la corde pour Matignon et Alain Juppé irait à la Défense.

Un remaniement pour «amuser la galerie»
C’est l’avis de François Bayrou. Pour le leader du MoDem, Nicolas Sarkozy a fait «les choses à l’envers» en annonçant si tôt le remaniement, dans le seul but d’amuser «la galerie» et de «détourner les Français des problèmes qui sont les leurs». «Comment voulez-vous que les ministres et le Premier ministre aient une autorité sur les fonctionnaires et les hauts fonctionnaires quand, tous les jours, on explique dans le journal qu’ils ne seront plus là?», s’est demandé le député centriste.